Monde

L’ancien chancelier allemand, Helmut Kohl, est décédé

Helmut Kohl, chancelier allemand de 1982 à 1998 et figure historique de l’Allemagne contemporaine, est décédé à l’âge de 87 ans.

Helmut Kohl, le chancelier allemand de 1982 à 1998, contribuant notamment avec le président français François Mitterrand à ancrer l’amitié franco-allemande dans l’Europe, est décédé vendredi 16 juin.

Le quotidien Bild a annoncé que l’homme politique allemand s’était éteint à l’âge de 87 ans dans sa maison de Ludwigshafen, dans le sud-ouest du pays.

Une photo historique

Helmut Kohl, le colosse physique et historique, était le père incontesté de l’Allemagne réunifiée. Il restera dans l’histoire pour avoir forcé la main des dirigeants soviétique et américain Mikhaïl Gorbatchev et George Bush, mais aussi de ses alliés européens, pour que la RDA anciennement communiste rejoigne la RFA en 1990. Moins d’un an après la chute du Mur de Berlin.

De plus, il a permis la fin de l’occupation militaire de l’Allemagne, imposée par les quatre puissances victorieuses du nazisme depuis 1945. Jetant ainsi les bases de l’émergence d’une Allemagne forte sur la scène internationale.

Pourtant, en France son nom restera dans les mémoires pour une image avec François Mitterrand.

En effet, le 22 septembre 1984, un cliché des deux hommes se tenant par la main sur l’ancien champ de bataille de Verdun pour le 70e anniversaire du déclenchement de la Première guerre mondiale est devenue un symbole d’une Europe unie et pacifiée.

Cependant, les difficultés économiques liées à la réunification avec l’ex-RDA lui ont coûté sa défaite électorale en 1998 face à Gerhard Schröder.

En outre, sa fin de carrière a également été ternie par le scandale des caisses noires de son parti, la CDU. Il avait fini par reconnaître avoir recueilli des dons occultes. Finalement, c’est Angela Merkel, sa protégée, qui lui a succédé, quelques années plus tard, à la Chancellerie.

De nombreux hommages

À l’annonce de son décès, les responsables français ont salué l’architecte de la « réunification allemande » et de la « paix en Europe ».

Très ému par la disparition de Helmut Kohl, père de la réunification allemande et grand Européen. Homme de paix et ami de la France.

A tweeté le germanophile ministre de l’Économie Bruno Le Maire, succédant à Gérard Collomb et François Bayrou. Quelques instants plus tard, Emmanuel Macron rendait hommage à l’ex-chef d’État en utilisant exactement les mêmes termes.

Même son de cloche à gauche. Martine Aubry a salué « l’homme de l’unité allemande, artisan d’une Europe unifiée ».

Alors que Najat Vallaud Belkacem a choisi la langue de Goethe :

Cependant, les réactions ne se sont pas limitées à la France, preuve de l’influence d’Helmut Kohl à l’international.

Ainsi, l’ancien président américain George H.W. Bush a rendu un hommage appuyé à l’ex-chancelier allemand. Il a salué « un vrai ami de la liberté » et « l’un des plus grands leaders de l’Europe d’après-guerre ».

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a lui aussi été « très affecté » par l’annonce du décès de Helmut Kohl qui « était un ami personnel », a déclaré vendredi le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric.

Publié le samedi 17 juin 2017 à 17:46, modifications samedi 17 juin 2017 à 17:46

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !