Monde

La Corée du Nord est capable de lancer des missiles nucléaires

« Nous sommes désormais dans une situation très tendue »

Si la Corée du Nord a la capacité de lancer des missiles nucléaires, elle ne maîtrise pas encore le ciblage. Un problème qu’elle aurait « entrepris d’essayer de résoudre ».

STORY - Episode 10/35

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Un responsable américain de la défense du Pentagone a déclaré jeudi 8 décembre que la Corée du Nord était en mesure de concevoir des têtes nucléaires miniaturisées pour équiper des missiles. Cependant, le pays rencontre encore des difficultés à maîtriser les mécanismes de rentrée dans l’atmosphère pour les missiles à longue portée.

Questionné sur la capacité de la Corée du Nord d’intégrer une tête nucléaire à un missile, le responsable a ainsi répondu :

Je pense qu’ils sont capables d’associer une tête à un dispositif.

Pourtant, il a pondéré son propos :

Mais ils ne sont juste pas sûrs de l’entrée dans l’atmosphère et de l’arrivée jusqu’à la cible

A expliqué ce responsable, estimant qu’ils ont « entrepris d’essayer de résoudre » ce problème.

Ainsi, la République populaire démocratique de Corée avait revendiqué vendredi 9 septembre un cinquième essai nucléaire réussi.

La Corée du Nord semble aujourd’hui être arrivée à l’état technologique du nucléaire français des années 1965-1970.

Avait alors estimé Vincent Brisset, le directeur de recherche à l’IRIS et spécialiste de l’Asie.

En effet, si cette puissance de frappe est confirmée, la Corée du Nord va démontrer qu’elle dispose des moyens techniques nécessaires pour poursuivre le développement d’une véritable arme nucléaire.

Dans ce contexte que peut faire la communauté internationale ?

Nous sommes désormais dans une situation très tendue, sur laquelle nous n’avons pas beaucoup de moyens d’agir, pas beaucoup de marge de manœuvre en termes de négociation.

S’est désolé le responsable américain au Pentagone.

Déjà cinq sanctions

En effet, depuis son premier essai nucléaire, Pyongyang a été sanctionné à cinq reprises par le conseil de sécurité de l’ONU. Hélas, sans grand effet sur une dissuasion sur son programme nucléaire.

De l’avis des experts, les sanctions de l’ONU ne pourront avoir d’effet que si la Chine choisit de peser réellement sur le régime nord-coréen. Sachant que Pékin fournit du pétrole à Pyongyang.

Par conséquent, les avancées des Nord-Coréens dans leur programme nucléaire militaire feront partie de l’un des premiers dossiers majeurs qui attendra l’équipe de Donald Trump quand il entrera en fonction, le 20 janvier prochain.

Or, le futur président américain a déjà prié Pékin de faire pression sur son voisin. Il avait notamment déclaré en mai dernier à Reuters qu’il était disposé à ouvrir un dialogue avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un pour tenter de le convaincre de suspendre ses recherches.

Pour l’heure, selon le responsable américain, l’armée américaine réfléchit aux mesures qu’elle peut être susceptible de prendre. L’objectif étant de répondre aux menaces provenant de Pyongyang. Il a ainsi reconnu que la réflexion s’était intensifiée ces derniers mois.

Devant le comportement très, très provocateur de Kim Jong-un nous nous préparons à tout ce qui pourrait se produire.

Publié le samedi 10 décembre 2016 à 15:06, modifications lundi 4 septembre 2017 à 14:54

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !