Monde

Koweït : Elle laisse tomber sa domestique du 7e étage tout en filmant la scène

Au Koweït, une femme a été mise en examen pour avoir filmé la chute de sa domestique qui l’appelait au secours, suspendue au 7e étage d’un immeuble.

Une chute impressionnante

La scène s’est produite le 30 mars dernier au Koweït. Une mère de famille a filmé sa domestique chutée du 7e étage, alors que cette dernière était agrippée au rebord d’une fenêtre. Publiée sur les réseaux sociaux, la vidéo montre la servante s’accrocher de toutes ses forces. Au lieu de l’aider, sa patronne lui lance :

Reviens, espèce de cinglée !

De son côté la domestique, terrifiée, hurle :

Tenez-moi ! Tenez-moi !

Un miracle

Par miracle, la domestique, de nationalité éthiopienne, a miraculeusement survécu. Elle s’en est tirée avec un bras cassé et d’autres blessures. Son pronostic vital n’est pas engagé.

La maîtresse des lieux a affirmé avoir filmé la scène pour ne pas être accusée de meurtre. Elle a ensuite expliqué qu’elle n’a pas secouru sa bonne car elle était trop lourde et qu’elle ne voulait pas chuter avec elle. Elle a finalement été interpellée, placée en garde à vue et inculpée pour non-assistance à personne en danger.

Tentative de suicide ou de meurtre ?

Si la thèse d’une tentative de suicide a été évoquée au départ, la victime interrogée par la télévision éthiopienne a raconté sa version des faits. Selon elle, sa patronne a tenté de l’assassiner. En effet, c’est en tentant de prendre la fuite par la fenêtre qu’elle serait tombée dans le vide.

Le calvaire de la jeune Éthiopienne relance le débat sur les conditions de vie des immigrés dans les pays du Golfe persique. Rien qu’au Koweït, on compte plus de 600 000 domestiques dans un pays de 4 millions d’habitants, dont seulement 1,3 million de Koweïtiens. Beaucoup sont maltraités, voire considérés comme des esclaves.

Publié le samedi 8 avril 2017 à 12:33, modifications jeudi 13 avril 2017 à 2:02

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !