Monde

Italie : Voler pour manger n’est pas un délit

Après avoir acquitté un sans-abri jugé pour le vol de nourriture, la Cour de cassation italienne en a conclu que voler de la nourriture pour un faible montant quand on a faim n’est pas un délit.

Agé d’une trentaine d’années, Roman Ostriakov, un sans-abri vivant à Gênes, en Italie, avait tenté de voler des saucisses et deux morceaux de fromage dans un supermarché de la ville, en 2011. Un larcin estimé à 4,07 euros, comme le rapporte le Corriere della Sera, qui lui avait tout de même valu six mois de prison ainsi qu’une amende de 100 euros en première instance de son jugement.

Après avoir fait appel, le parquet a demandé un allégement de la peine, plaidant le fait que le jeune homme n’avait pas volé la nourriture mais avait seulement tenté de le faire.

Un appel pour le moins fructueux puisque, selon le Corriere, la haute juridiction italienne a décidé d’acquitter le sans-abri :

Les conditions de l’accusé et les circonstances dans lesquelles il a pris les aliments démontrent qu’il a pris ce peu de nourriture pour faire face à une exigence immédiate (…) et comme on ne peut vivre à moins de s’alimenter, il a donc agi en état de nécessité.

Une décision qui ne manquera pas de ravir certaines associations luttant contre la pauvreté. En France, le vol à l’étalage est passible de 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende (Code Pénal 311-3).

Publié le mardi 3 mai 2016 à 15:17, modifications mardi 3 mai 2016 à 15:17

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !