Monde

Italie : Giuseppe Conte, juriste jusqu’alors inconnu, désigné Premier ministre du gouvernement de coalition italien

Giuseppe Conte devient le Premier ministre du gouvernement de coalition italien. Sans expérience politique, il sera en charge de mener à bien un programme populiste, qui fait trembler l’Union européenne.

Totalement inconnu des Italiens jusqu’à ces derniers jours, Giuseppe Conte devient le Premier ministre de coalition italien. Proposée lundi 21 mai par les chefs de file des deux formations, Luigi Di Maio (M5S) et Matteo Salvini (Lega Nord, la Ligue du Nord), sa nomination a été confirmée par le président de la République italien, Sergio Mattarrella, ce mercredi 23 mai.

Un juriste sans expérience politique

À 53 ans, Giuseppe Conte, originaire d’un petit village dans les Pouilles, est un juriste universitaire, spécialiste du droit civil et administratif. Sur son CV, publié sur le site du Mouvement 5 étoiles, on apprend qu’il est devenu expert en son domaine en réalisant de brillantes études dans les facultés les plus prestigieuses, de Yale à Cambridge. En passant par La Sorbonne et l’université de New York. En outre, le futur Premier ministre a enseigné dans des facultés en Sardaigne, à Rome, à Florence ou à Malte. Il était jusqu’à lundi professeur de droit privé à Florence, tout en exerçant dans un cabinet d’avocats dans la capitale.

A l’inverse, le parcours politique de Giuseppe Conte n’a rien de constant.

Avant, je votais à gauche. Aujourd’hui, je pense que les schémas idéologiques du 20ème siècle ne sont plus adéquats.

A-t-il expliqué dans le passé.

Ainsi, quelques jours avant les élections législatives, lors d’un meeting à Rome le 1er mars, Giuseppe Conte avait fait l’une de ses premières apparitions publiques aux côtés du leader du Mouvement 5 Etoiles, Luigi di Maio. Déjà, il était même pressenti pour devenir ministre.

Le Premier ministre ne comptera pas devant l’Europe

Pourtant, de l’avis des médias italiens, Giuseppe Conte manque cruellement de crédibilité et d’expérience politique. Ils estiment que l’homme, qui n’a jamais été élu et n’a jamais exercé de fonction au sein d’un parti politique, aura du mal à s’imposer sur la scène internationale. Et notamment défendre le programme résolument anti-austérité adopté communément par la Legua et le M5S.

Quel prestige aura-t-il quand il affrontera tout seul Angela Merkel et Emmanuel Macron. Peut-être dès le prochain Conseil européen des 28 et 29 juin ?

S’est interrogé La Repubblica, en tranchant :

Le Premier ministre ne comptera pas.

Quant au Corriere della Sera, le principal tirage de la péninsule, il partage la même perplexité. Néanmoins, en des termes plus diplomatiques.

Giuseppe Conte se révélera peut-être le bon choix, s’il démontre avoir la personnalité politique et la crédibilité nécessaire pour compenser un éventuel manque de poids à Rome comme à Bruxelles.

D’autres s’inquiètent du poids limité de Giuseppe Conte limité face à ses charismatiques ministres. En effet, Matteo Salvini (le secrétaire fédéral de la Ligue du Nord) est pressenti à l’Intérieur, tandis que Luigi Di Maio (le dirigeant du M5S) est annoncé à un grand ministère de l’Economie et du Travail.

D’ici là, Giuseppe Conte va devoir prêter serment. Ensuite, il devra passer l’épreuve du vote de confiance devant le parlement italien.

Publié le jeudi 24 mai 2018 à 13:37, modifications jeudi 24 mai 2018 à 12:03

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !