Monde

Iran : 20 personnes accusées de terrorisme exécutées en une journée

L’Iran a exécuté 20 personnes accusées de terrorisme et de menaces envers la sécurité nationale.

Jeudi 4 août, le procureur général d’Iran a annoncé à la télévision que vingt suppliciés ont été exécutés ce mardi. Ces vingt personnes étaient membres d’un groupe terroriste sunnite accusé de meurtres et de menaces envers la sécurité nationale.

Ils ont commis des meurtres, tués des femmes et des enfants, causé des destructions, agi contre la sécurité nationale et tué des responsables religieux sunnites dans des régions kurdes.

Mercredi 3 août, dans un communiqué, le ministre iranien des Renseignements a fait état de 24 cas d’attaques armées, explosions de bombe et vols entre 2009 et 2012. Tous ces crimes ont été commis par le groupe Tawhid et Jihad.

102 membres et partisans de ce groupe djihadistes ont été identifiés, certains ont été tués dans des combats avec la police, d’autres ont été arrêtés. Certains parmi ceux arrêtés ont été condamnés à mort et d’autres purgent des peines de prison.

Le procureur a ainsi indiqué que les inculpés suivaient l’idéologie des groupes djihadistes. En juin, l’Iran chiite a annoncé avoir déjoué “l’un des plus importants complots terroristes” sur le territoire. Ces groupes envisageaient de mener des attentats suicides à Téhéran. Pourtant, les grandes villes iraniennes sont, en général, sûres et préservées des attentats djihadistes. Mais la protection est moindre puisque les forces iraniennes s’opposent fréquemment à des groupes djihadistes près de l’Irak, de l’Afghanistan et du Pakistan.

De nombreuses exécutions de masse ont eu lieu ces dernières années en Iran. En effet, 24 trafiquants de drogues ont été pendus en 2009 à l’Ouest de Téhéran. Un an auparavant, 29 personnes avaient été également pendues pour trafic de drogue, meurtre et viols. En Iran, les viols, les meurtres, les vols à main armée, l’adultère et le trafic de drogue sont des crimes punis par la peine de mort. Selon l’ONU, l’Iran a exécuté plus d’un millier de personnes en 2015.

Jeudi 4 août, dans un communiqué, la France a fait part de “sa réprobation” après ces exécutions. L’Union Européenne a rappelé “leur opposition à l’utilisation de la peine de mort”. En mars, Ahmad Shaheed s’était inquiété devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU après l’exécution de 966 personnes en Iran.

Au moins 73 mineurs délinquants auraient aussi été exécutés.

Dans ces rapports, Amnesty International avait estimé que l’Iran est le pays qui exécute le plus de mineurs. L’ONG avait, aussi, affirmé que l’Iran avait exécuté 977 personnes, souvent des trafiquants de drogue. Le pays figure parmi les États qui exécute le plus grand nombre de personnes.

Publié le vendredi 5 août 2016 à 15:33, modifications vendredi 5 août 2016 à 15:33

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !