Monde

Irak : Début des opérations pour reprendre Mossoul à un Etat islamique défensif

Les forces irakiennes ont lancé l’offensive pour reprendre la ville de Mossoul, le principal bastion du groupe Etat islamique en Irak. Selon les services de renseignement américains, ce sont entre 3 000 et 4 000 hommes du groupe terroriste qui seraient à l’intérieur de la ville.

L’opération reconquête de Mossoul en Irak a débuté. L’objectif est très clair : ôter à l’Etat islamique sa principale base opérationnelle dans le pays qu’elle détient depuis juin 2014.

En effet, cette année là, il aura suffit à l’armée de Daech, accompagnée de nombreux autres groupuscules djihadistes, d’à peine quatre jours pour faire fuir les militaires irakiens. En attaquant la ville de toutes parts, et après des combats sporadiques, des attentats-suicides, l’assaut du siège du gouvernement provincial et l’attaque d’une prison, les militaires avaient quitté Mossoul en laissant derrière eux de l’armement lourd et des véhicules dont les jihadistes s’étaient emparés.

Depuis, l’étendard nord de l’Etat islamique flotte sur les bâtiments gouvernementaux et des portraits de Saddam Hussein ont refait surface. A partir de là, le groupe terroriste a proclamé son califat à cheval entre la Syrie et l’Irak et a fait de Mossoul sa capitale en imposant la Charia (la loi islamique).

Cependant, Mossoul devrait enfin être libéré du joug de Daech.

En effet, depuis des mois, et avec le soutien d’une coalition internationale anti djihadistes composée de 60 pays selon les Etats-Unis, qui la dirigent, l’armée irakienne devrait reprendre cette ville du nord de l’Irak entre la Turquie et la Syrie, lieu hautement stratégique puisque très riche en pétrole.

Ainsi, le Premier ministre irakien a annoncé lundi 17 octobre que l’offensive visant à reprendre la ville à l’organisation terroriste était en cours.

L’opération a bien commencé

A estimé le porte-parole du Pentagone, Peter Cooke, tout en soulignant qu’il s’agissait d’une « campagne difficile qui pourrait prendre du temps ».

Dès le milieu de la journée, les forces irakiennes avaient à peu près atteint leur objectif du jour.

Dans un premier temps, l’objectif, pour les quelque dix mille soldats qui progressent en trois axes, n’est pas d’aller jusqu’à Mossoul, mais d’ouvrir la voie pour que l’armée irakienne puisse s’emparer d’une série de villages encore tenus par les djihadistes.

De leur côté, des milliers de combattants kurdes irakiens, appuyés par les raids de la coalition internationale, se sont emparés lundi de plusieurs villages tenus par les djihadistes à l’est de Mossoul dans le cadre de l’offensive.

Car si l’Etat islamique a perdu une large partie de ces territoires, il conserve une force de frappe importante dans ses bastions irakiens et syriens. Lourdement armés, les djihadistes qui seraient entre 3.000 et 4.500 dans Mossoul, selon des estimations américaines, pourraient avoir recours à des attentats à la bombe, des mines et des incendies voire des boucliers humains pour ralentir leurs ennemis.

Ces derniers jours, le groupe terroriste avait tenté d’imposer la terreur en frappant Bagdad et plusieurs localités irakiennes faisant une soixantaine de morts dans des attentats à la bombe.

Dans ces conditions, l’armée irakienne a largué par les airs des milliers de tracts sur Mossoul pour donner des consignes de sécurité aux habitants.

Les familles sont exposées à un risque extrême d’être prises entre deux feux” ou d’être utilisées comme boucliers humains par les djihadistes

A mis en garde l’ONU en ajoutant que

200.000 personnes pouvaient être déplacées dans les deux premières semaines.

Un chiffre qui pourrait augmenter de façon significative au fur et à mesure de l’avancée de l’offensive.

Publié le mardi 18 octobre 2016 à 16:01, modifications mardi 18 octobre 2016 à 13:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !