Monde

Ingvar Kamprad, le fondateur d’Ikea, est décédé

Ingvar Kamprad, l’entrepreneur suédois, qui a créé l’empire Ikea, est décédé à l’âge de 91 ans.

Le fondateur d’Ikea, Ingvar Kamprad, est mort à 91 ans. C’est le groupe suédois qui a annoncé son décès dimanche 28 janvier. 

De la vente d’allumettes à l’empire Ikea

Fils de paysans du Småland, une province pauvre et pieuse du sud de la Suède, Ingvar Kamprad est devenu l’un des hommes les plus riches du monde. En effet, son empire emploie aujourd’hui 150.000 personnes travers le monde. En outre, il génère un chiffre d’affaires de 30 milliards d’euros. Bien qu’en retrait depuis quelques années, Ingvar Kamprad continuait cependant de suivre de très près l’évolution de l’entreprise.

Un empire qui voit le jour en 1943. Peu intéressé par les études, Ingvar Kamprad préfère se lancer dans le commerce à l’âge de 17 ans. Pour cela, il se démène pour vendre moins cher que la concurrence. D’abord des allumettes. Ensuite, il fait de même avec des stylos, cadres, articles de décoration, machines à écrire.

En 1947, il propose ses premiers meubles, fabriqués par des artisans locaux. Quatre ans plus tard, il diffuse son premier catalogue. Celui qui est aujourd’hui imprimé à plus 200 millions d’exemplaires. En 1956, un employé a l’idée de démonter les pieds d’une table pour la faire entrer dans un coffre de voiture. Le concept du meuble en kit, plus facile et moins cher à stocker et transporter, va devenir le credo de la marque.

Des nombreuses polémiques

Pourtant, la structure opaque du groupe Ikea est un autre héritage de ses qualités d’entrepreneur. Les fonctions exécutives, la stratégie, la conception des produits restent dans le Småland. Mais d’un point de vue juridique et comptable, Ikea se répartit entre fondations et sociétés aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Suisse et au Liechtenstein. Ingvar Kamprad a mené une stratégie d’optimisation fiscale poussée à l’extrême. Avec notamment un enchevêtrement complexe de fondations dans de nombreux paradis fiscaux. Ainsi que des milliards d’euros dissimulés par exemple dans la fondation Interogo, dont il avait essayé de nier l’existence, au Liechtenstein.

En outre, en 1994, un journal révèle les liens du jeune Kamprad avec un groupuscule nazi suédois pendant et après la seconde guerre mondiale. Il finira par admettre dans une lettre à ses collaborateurs qu’il a fait « la plus grande erreur de sa vie ». En effet, dans la ferme des Kamprad, Ingvar Kamprad, jeune homme, a mené en cachette une vie de militant nazi. Une erreur de jeunesse qu’il met toutefois sur le dos des accointances nationales-socialistes de sa famille paternelle, d’origine allemande.

Finalement, à partir de 2010, Ingvar Kamprad prend progressivement sa retraite, pour laisser la place à ses trois enfants. Pourtant, l’héritage de l’empire Ikea a fait l’objet d’une âpre bataille entre son fondateur et ses enfants. En 2013, un livre intitulé Ikea en route vers l’avenir a affirmé que ces derniers lui ont contesté les droits de la marque et un pourcentage sur les ventes. Ils ont notamment réclamé que de 20 à 30 milliards de couronnes (2,1 à 3,2 milliards d’euros) aillent à la fondation familiale.

Publié le dimanche 28 janvier 2018 à 13:21, modifications dimanche 28 janvier 2018 à 13:08

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

1 Commentaire