Monde

Hong Kong : Pour la première fois, un homme atteint de l’hépatite E du rat

Un cas d’infection humaine de l’hépatite E du rat a été diagnostiqué chez un habitant de Hong Kong. Il aurait été contaminé par des aliments souillés par des rats.

L’hépatite E du rat a été détectée chez un homme de 56 ans à l’occasion d’une greffe du foie qu’il avait subi le 14 mai dernier à l’hôpital universitaire Queen Mary de Hong Kong. C’est le journal South China Morning Post qui a révélé l’information. Ainsi, les chercheurs estiment qu’il a pu être infecté par le biais d’aliments contaminés par des excréments de rats.

Un premier cas inquiétant

Dans le détail, les premières analyses ont démontré des résultats anormaux de la fonction hépatique. Ensuite, lors d’une seconde batterie de tests, les médecins ont constaté que le virus de l’hépatite E dont il était porteur différait de celui qui touche les humains. Ils ont conclu que c’était celui que l’on trouve aussi chez les rats. Or, jusqu’à présent, il n’existait aucune preuve que la maladie pouvait être transmise par le rat à l’homme, selon l’université de Hong Kong.

Quant au patient, qui est aujourd’hui en phase de convalescence, il a été probablement contaminé en mangeant des aliments souillés par des excréments de ces rongeurs. En effet, le virus de l’hépatite E, présent dans les selles des sujets infectés, se transmet :

  • soit en buvant de l’eau contaminée,
  • soit en mangeant de la viande infectée peu ou pas cuite, essentiellement à base de foie de porc.

Et l’hygiène des mains insuffisantes avant de manipuler les aliments peut contribuer à propager l’infection.

Actuellement, les jours de l’homme infectés ne sont pas en danger. Cependant, les chercheurs estiment que cette découverte a « une signification majeure pour la santé publique ». En effet, comme dans d’autres villes du monde, le problème des rats dans l’ex-colonie britannique, revenue en 1997 dans le giron de la Chine, s’est aggravé ces derniers mois. Et ce notamment en raison d’un temps chaud et humide qui prolifère depuis plusieurs mois dans cette région du monde.

Vingt millions de personnes touchées

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’hépatite E est une « une cousine très éloignée des variantes humaines de l’hépatite ». Par ailleurs, cette maladie touche près de 20 millions de personnes chaque année dans le monde. Alors qu’elle est généralement transmise par l’eau contaminée, les variantes humaines de la maladie peuvent notamment conduire au décès. Pour mémoire, à la fin du XIXème siècle, la peste bubonique, également transmise par les rats, avait fait des milliers de morts à Hong Kong. Mais aussi en Chine continentale.

Publié le lundi 1 octobre 2018 à 14:54, modifications lundi 1 octobre 2018 à 12:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !