Monde

Hillary Clinton : Son “coup de chaud” fragilise sa campagne présidentielle

A la suite de son malaise lors d’une commémoration du 11 septembre, l’état de santé d’Hilary Clinton est de nouveau au centre de l’attention à quelques jours du premier débat présidentiel.

Ce dimanche 11 septembre, les États-Unis se sont souvenus du terrible attentat qui a frappé leur territoire, quinze ans auparavant. À cette occasion, Hilary Clinton s’est rendue à une commémoration en hommage aux victimes. Pourtant, après une heure et demi passée, la candidate démocrate a vacillé devant les caméras du monde entier. Plus de peur que de mal puisqu’elle allait mieux après, selon son médecin personnel Lisa Bardack.

Elle a été mise sous antibiotiques et nous lui conseillons de se reposer et de modifier son emploi du temps. Pendant l’événement, elle a souffert de la chaleur et était déshydratée. Elle est maintenant réhydratée et se remet bien.

En effet, à la suite de à ce “coup de chaud“, elle est partie se réfugier dans la résidence new-yorkaise de sa fille Chelsea. En sortant, Hilary Clinton a tenu à rassurer ses partisans et journalistes en assurant qu’elle se sentait “très bien”. Et pourtant, ce “coup de chaud” s’est transformé en pneumonie. Ainsi, la candidate démocrate est dans l’obligation d’annuler le déplacement en Californie prévu ce lundi et mardi. La pneumonie aurait été détectée vendredi dernier mais l’annonce n’a été faite que ce dimanche, à la suite de son malaise. Un manque de transparence qui peut peser dans la course à la Maison Blanche.

De son côté, Donald Trump, son rival, n’hésite pas à tacler son adversaire, en affirmant qu’elle n’a pas “l’endurance” nécessaire pour devenir présidente. À Cleveland, dans l’Ohio, l’état de santé de la démocrate était déjà au centre des rumeurs après une toux tenace.

Chaque fois que je pense à Trump, je deviens allergique.

En effet, depuis plusieurs mois, le parti républicain ne cesse d’alimenter les rumeurs les plus folles sur l’état de santé d’Hilary. Et, pourtant, elle n’a jamais caché ses maladies ni ses traitements médicaux. De plus, en 2012, elle avait souffert d’une commotion cérébrale à la suite de à la présence d’un caillot.

Mais aujourd’hui, tout va mieux puisque son médecin a assuré qu’elle est en “excellente santé” et “apte” à occuper la fonction de chef de l’État.

Publié le lundi 12 septembre 2016 à 15:42, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !