Monde

Haïti : Des employés d’Oxfam accusés d’embaucher des prostituées pour des orgies

Après le séisme, des prostituées auraient été engagées par des employés.

C’est une affaire qui risque de faire du bruit si les faits sont avérés. Après le tremblement de terre de 2010 à Haïti, des employés de l’ONG Oxfam auraient engagé des prostituées, certaines d’entre elles étant mineures.

Des orgies dans les logements et hôtels payés par l’ONG

L’ONG britannique Oxfam se trouve souvent en première ligne pour dénoncer les abus et les inégalités. Mais, face à l’enquête de nos confrères du Times, elle est cette fois sur la défensive.

En 2010, à Haïti, après le tremblement de terre qui a ravagé le pays, des employés de l’ONG auraient employé des prostituées. Le désastre qui a causé 300.000 morts avait provoqué un grand afflux d’aide internationale. Les travailleuses du sexe, certaines d’entre elles mineures au moment des faits étaient invitées à venir dans les locaux et hôtels payés par l’ONG pour participer à de véritables orgies. Le média britannique affirme avoir accédé à des vidéos de ces événements où l’on voit notamment les prostituées porter des t-shirts de l’ONG.

Une enquête d’Oxfam dès 2011

Une enquête menée en interne en 2011 par Oxfam révèle alors une “culture de l’impunité. Roland van Hauwermeiron, le responsable local démissionne quant à lui sans que des sanctions disciplinaires ne soient prises. Pourtant, selon le journal, il avait reconnu les faits. Deux autres personnes auraient démissionné et quatre auraient été licenciées. Mais, aucune information n’a jamais été communiquée à la justice locale qui n’a donc pas pu agir.

Aujourd’hui, l’ONG tente de calmer la tempête. Une porte-parole explique ainsi que :

Le directeur local a endossé toute la responsabilité pour les événements qui se sont déroulés sous sa conduite, et il avait été autorisé à démissionner, car il avait soutenu et coopéré à l’enquête sans réserve

Elle nie par ailleurs avoir “tenté de dissimuler des informations.

Ce n’est pas la première fois que le rôle des ONG suite au tremblement de terre est remis en cause. En 2015, c’est la Croix-Rouge qui était alors sous le feu des projecteurs. L’ONG avait alors récupéré 500 millions de dollars de donations. Mais, cet argent n’aurait permis de “construire que six maisons sur place en 5 ans selon des rapports. Une grande partie des fonds serait alors tombée dans la poche des sous-traitants ou des expatriés envoyés sur place pour travailler.

Publié le samedi 10 février 2018 à 14:12, modifications samedi 10 février 2018 à 12:33

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !