Monde

Fusillade d’Orlando : L’État islamique revendique la tuerie

Le groupe terroriste a revendiqué dimanche la fusillade d’Orlando dans une discothèque gay dans la nuit du 11 au 12 juin.

Le carnage qui s’annonce déjà comme l’une des pires fusillades de l’histoire des Etats-Unis fait état d’un bilan très sévère : 50 morts et 53 blessés, dont plusieurs dans un état critique.

Des coups de feu avaient éclaté dans la nuit de samedi à dimanche dans la discothèque homosexuelle Pulse d’Orlando (en Floride). Les troupes d’élite américaines du SWAT étaient alors intervenues pour libérer la centaine de personnes retenues en otage par un homme armé d’un pistolet et d’un fusil d’assaut qui avait ouvert le feu sur les personnes présentes dans la salle.

carte orlando

Compte tenu de l’ampleur de la tuerie, le maire de la ville, Buddy Dyer, a demandé au gouverneur de l’État de Floride d’instaurer l’état d’urgence, lui permettant ainsi de mobiliser des ressources supplémentaires, même si le FBI assure qu’il n’y a pas de risques de nouvelles fusillades.

Dimanche 12 juin, Daech a revendiqué sur son site d’information Amaq cet attentat sanglant et qu’il avait été exécuté par un de ses combattants.

L’attaque armée contre un night-club gay d’Orlando, dans l’Etat américain de Floride, qui a fait plus de 100 morts et blessés, a été effectuée par un combattant de l’Etat islamique.

D’après la chaîne NBC, citant des sources policières, le tireur a téléphoné au numéro d’urgence, le 911, quelques instants avant la tuerie pour les informer qu’il faisait allégeance au chef de l’État islamique.

L’assaillant, tué dans l’échange de tirs avec les policiers, serait un certain Omar Mateen. Cet Américain d’origine afghane, né en 1986, avait fait l’objet de deux enquêtes, en 2103 et 2014, pour des liens potentiels avec des radicaux islamiques. Pourtant, il n’a jamais été inquiété et son casier est resté vierge.

Le président, Barack Obama, a condamné cet « acte de terreur et de haine ».

Aucun acte de terreur et de haine ne peut changer qui nous sommes.

Il a ordonné que les drapeaux sur tous les bâtiments fédéraux soient mis en berne en hommage aux victimes.

Publié le lundi 13 juin 2016 à 9:03, modifications lundi 13 juin 2016 à 8:31

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !