Monde

Le fondateur d’Ikea, milliardaire, s’habille aux puces

Il gagne des milliards d’euros et il a de quoi s’habiller chez les plus grands couturiers mais non ! Le fondateur de la chaîne de magasins d’ameublement en kit a décidé de se vêtir aux puces ! Etonnant.

Ce n’est pas pare que les gens sont serrés niveau compte en banque, qu’ils font des économies. Certains dépensent plus qu’ils ne gagnent quand d’autres sont millionnaires et font tout ce qu’ils peuvent pour économiser le moindre euro. Cette dernière méthode est pour le moins étonnante mais elle a été éprouvée par un très grand homme d’affaires. Il s’agit de Ingvar Kamprad, fondateur d’Ikea. Aussi surprenant que cela puisse paraître et même si sa fortune est estimée à 65,5 milliards d’euros et bien Ingvar a annoncé qu’il s’habillait aux puces. Ainsi, il a expliqué son choix de vie à la chaîne suédoise TV4.

C’est dans la nature du Småland (la région agricole du sud de la Suède où il est né, ndlr), je crois, d’être économe. Si vous me regardez, je pense ne rien porter qui n’ait pas été acheté à un marché aux puces. Cela implique que je veux montrer un bon exemple, et pas seulement parler de contrôler les coûts.

De fait, Ingvar ne rougit pas du fait qu’il économise le moindre centime. D’ailleurs, c’est grâce à ce principe de vie qu’il a créé en 1943 la société Ikea, société d’ameublement qui mise sur le petit prix. Et il a eu raison puisqu’il a fait un véritable carton à travers le monde avec sa multinationale.

Bon en revanche, sa pingrerie lui a fait faire des choix opaques. En effet, pour fuir les impôts, il s’est exilé fiscalement de la Suède. Il y a laissé le cœur de l’entreprise Ikea mais il a monté une structure complexe et opaque qui permet de limiter l’imposition des bénéfices, envoyés aux Pays-Bas, au Luxembourg, en Suisse et au Liechtenstein… Le moindre sou s’économise…

Publié le samedi 12 mars 2016 à 11:39, modifications samedi 12 mars 2016 à 10:59

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !