Monde

Expulsion de diplomates russes : Moscou dénonce une provocation

La Russie a dénoncé lundi 26 mars une “provocation” après l’annonce par plusieurs pays de l’UE, les Etats-Unis et le Canada de l’expulsion de diplomates russes en raison de l’affaire Skripal et promis d’y riposter.

STORY - Episode 25/38

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)
Tout lire : Affaire Skripal

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Nous protestons fermement contre la décision de plusieurs pays de l’UE et de l’Otan d’expulser des diplomates russes.

A déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ce geste provocateur de prétendue solidarité avec Londres (…) témoigne de la poursuite d’une ligne de confrontation visant à aggraver la situation.

Souligne le ministère.

Un front commun

Les Etats-Unis, le Canada, ainsi que plusieurs pays de l’UE, parmi lesquels l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et la Pologne, ont annoncé lundi expulser des diplomates russes après l’empoisonnement en Grande-Bretagne de l’ex-espion russe Sergueï Skripal et de sa fille, imputé par Londres à Moscou.

La Russie clame son innocence depuis le début de cette affaire.

Affaire Skripal : de l'empoisonnement aux tensions diplomatiques

(credit photo AFP/Archives) Affaire Skripal : de l’empoisonnement aux tensions diplomatiques

Nous regrettons cette décision qu’ils expliquent par la prétendue affaire Skripal. Nous l’avons déjà dit et nous le répétons : la Russie n’a jamais eu et n’a rien à voir avec cette affaire.

A réaffirmé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l’agence de presse officielle TASS.

Naturellement, nous serons guidés, comme par le passé, par le principe de réciprocité.

A-t-il assuré.

Les pays ayant opté pour l’expulsion de diplomates russes “se sont laissés guider par Londres sans se donner la peine de comprendre (…) ce qui s’est passé”, a estimé pour sa part la diplomatie russe, dénonçant une nouvelle fois des “accusations gratuites” à l’encontre de Moscou et une approche “partiale et hypocrite” des autorités britanniques.

Les alliés de la Grande-Bretagne “suivent aveuglement le principe de l’unité euro-atlantique au détriment du bon sens, des normes d’un dialogue civilisé entre Etats et des principes du droit international”, a accusé le ministère russe des Affaires étrangères.

Il va sans dire que cette mesure inamicale ne restera pas sans conséquences et que nous allons forcément y répondre.

A-t-il souligné.

Les autorités britanniques ont désigné Moscou en tant que responsable de l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars, à Salisbury, en Grande-Bretagne, et ont annoncé dans la foulée l’expulsion de 23 diplomates russes et le gel des relations bilatérales.

En représailles, la Russie a ordonné l’expulsion de diplomates britanniques et la fin des activités du British Council sur son territoire.

Publié le lundi 26 mars 2018 à 17:36, modifications lundi 26 mars 2018 à 18:39

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !