Monde

États-Unis : Séparés par l’administration Trump, les retrouvailles de cette famille sont déchirantes

Immigration entre le Mexique et les Etats-Unis : les retrouvailles déchirantes d'une famille.

Une vidéo dévoilée par le HuffPost révèle les retrouvailles déchirantes entre une mère et son fils, séparés par l’administration Trump dans le cadre de la politique migratoire de “tolérance zéro”. Placé pendant trois mois dans une famille d’accueil, le petit garçon a refusé tout geste d’affection de la part de sa mère.

En avril dernier, Donald Trump a mis en place une politique de “tolérance zéro” sur l’immigration clandestine à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Cette réforme a conduit à la séparation de plus de 2300 enfants de leurs parents, automatiquement incarcérés. Le HuffPost vient de dévoiler certaines des conséquences de cette politique en partageant les images de retrouvailles d’une famille, qui ne se sont absolument pas déroulées comme prévu.

Un enfant qui refuse la tendresse de ses parents

En avril dernier, la famille de Reyes-Mejia se trouvait dans un centre de détention au Texas. Alors qu’ils dormaient sur une couverture d’urgence à même le sol, un agent de l’immigration est venu faire remplir des papiers à Reyes-Mejia, sa femme et son fils. C’est à ce moment que le petit garçon de 3 ans a été séparé de ses parents. Alors que la politique de “tolérance zéro” était encore en vigueur, l’enfant a été placé dans une famille d’accueil dans le Michigan. Ses parents ont ensuite tenté de l’appeler mais le petit garçon en colère refusait de leur parler.

Le 20 juin dernier, Donald Trump a signé un décret pour éviter que les familles migrantes soient séparées. Depuis la Maison Blanche, le président des États-Unis avait alors expliqué :

Nous voulons garder les familles ensemble.

Trois mois après leur séparation, Reyes-Mejia a donc pu rendre visite à son fils le 10 juillet dernier, après qu’un juge ait ordonné une réunification accélérée des familles, donnant la priorité à celles comprenant des enfants de moins de cinq ans. Ils se sont ensuite envolés pour Houston, où le petit garçon a pu retrouver sa petite soeur et sa mère. À l’aéroport, l’enfant refusait les câlins de cette dernière, qui n’a cessé de lui répéter :

Je suis ta maman.

En avril dernier, les candidats à l’élection présidentielle mexicaine n’avaient pas manqué de tacler Donald Trump. Le président des États-Unis avait alors reproché au gouvernement de faire “très peu” pour éviter que des habitants franchissent la frontière. Le candidat de gauche Andres Manuel Lopez Obrador avait rétorqué :

Ni le Mexique, ni son peuple, ne vont être le punching ball d’un quelconque gouvernement étranger. Ce n’est pas avec des murs, ni avec l’usage de la force que l’on résout les problèmes sociaux ou les sujets de sécurité.

Publié le vendredi 31 août 2018 à 10:23, modifications vendredi 31 août 2018 à 9:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !