Monde

Etats-Unis : Raw water, l’eau non-traitée, qui fait fureur dans la Silicon Valley

Raw water ou eau brute, non stérilisée, serait en train de devenir la nouvelle boisson à la mode en Californie.

En Californie, la nouvelle tendance est à la consommation de raw-water. En effet, cette eau de source, à l’état brut, sans filtrage, traitement ou stérilisation est en train de devenir un véritable phénomène.

4€ le litre

Ainsi, mercredi 17 janvier, le site 20 minutes a expliqué que les sociétés telles que Live Water ou Tourmaline Spring ont débuté la commercialisation de la raw water il y a trois ans. Cette eau brute prélevée d’une source dans l’Oregon est vendue dans des bocaux en verre. Pourtant, le coût de cette lubie californienne est assez élevé. En effet, il faut compter pas moins de 4 euros pour un litre avec le récipient et 1,5 euro le litre pour une recharge.

Pourtant, malgré ce tarif élevé, depuis quelques mois les ventes explosent. Et d’autres les start-up se sont engouffrées dans cette niche. Des magasins spécialisés dans les eaux « non conventionnelles » s’ouvrent dans des villes comme San Francisco ou San Diego.

Par ailleurs, dans un article du New-York Times relayés par 20 minutes, on découvre que c’est toute une contre-culture de l’eau qui se développe en Californie sur fond de méfiance envers l’eau du robinet. En effet, aux Etats-Unis, l’eau traitée contient du fluor dans la plupart des États. Or, il y a eu plusieurs scandales d’eau du robinet contaminée au plomb. Pour certains complotistes, le fluor serait même une substance dangereuse utilisée par les pouvoirs publics pour contrôler la pensée.

Les défenseurs de la raw water affirment que cette eau serait riche en minéraux et probiotiques. En outre, elle aurait une action positive sur le microbiote intestinal. Mais aussi, sur la beauté de la peau et des cheveux, sur la santé des articulations. Et sur la diminution de l’anxiété et de la fatigue. Et enfin, sur la maîtrise du poids.

Risque de maladies

Pourtant, si l’engouement pour cette boisson ne fait qu’augmenter, les experts sonnent l’alerte sur certaines précautions à prendre. En effet, alors que l’eau de source est intéressante à priori, elle peut également contenir de nombreux contaminants naturels tels que des bactéries, des virus et des parasites. Des produits chimiques comme l’arsenic, naturellement présents dans certains sols et rochers, peuvent facilement s’y infiltrer.

Ainsi que les déjections animales. Ainsi, selon un rapport de l’OMS publié en juillet 2017, une eau contaminée et non assainie peut transmettre des maladies comme la diarrhée, la dysenterie, l’hépatite A, la typhoïde et la poliomyélite ou encore le choléra. Celui-ci justement fait des ravages actuellement en République démocratique du Congo. Ces maladies, parfois contagieuses d’humain à humain, peuvent également mettre en danger l’entourage du consommateur.

De son côté, sur son site, la start-up Live Water a précisé que la raw water n’a pas été approuvée par la Food and Drug Administration. En effet, le fondateur l’entreprise, Christopher Sanborn, a confirmé au New York Times que le traitement de l’eau retire « 99% des mauvaises choses ». Toutefois, il a ajouté «mais après vous avez de l’eau morte». Il a notamment expliqué que son eau « vivante » doit être consommée rapidement :

Elle conserve sa fraîcheur optimale pendant un cycle lunaire. Si elle est conservée trop longtemps, elle devient verte. Les gens ne s’en rendent pas compte parce que toute leur eau est morte, et ils ne la voient jamais devenir verte.

Publié le jeudi 18 janvier 2018 à 14:03, modifications jeudi 18 janvier 2018 à 14:55

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct