Monde

Etats-Unis : Le Pentagone ne veut pas s’interdire la première frappe nucléaire

La question de la frappe nucléaire est souvent abordée par les politiques américains. A l’approche des élections présidentielles, le débat a été relancé.

Mardi 27 septembre, le chef du Pentagone s’est exprimé sur la possibilité que le pays soit le premier à dégainer l’arme nucléaire en cas de conflit. En effet, les États-Unis ainsi que leurs alliés de l’OTAN ne veulent pas renoncer à cette option. D’ailleurs, le secrétaire à la Défense américaine a déclaré que la possibilité de l’utiliser les premiers a toujours été leur “politique depuis longtemps”.

Toutefois, des rumeurs circulent sur le fait que Barack Obama aurait l’intention de faire une déclaration de renoncement à la première frappe. En effet, en 2009, le président américain avait affirmé son souhait d’un monde sans armes nucléaires. Par ailleurs, cette question de première frappe a été un des sujets du débat télévisé opposant Donald Trump et Hilary Clinton. Mais, les deux candidats à la présidentielle n’ont pas franchement répondu à la question posée par le présentateur Lester Holt.

Ce mardi, deux parlementaires démocrates ont déposé un projet de loi qui interdirait ainsi au président de lancer une frappe nucléaire sans déclaration de guerre par le Congrès.

Le risque d’une guerre nucléaire menace gravement la survie de l’espèce humaine. Malheureusement, en n’excluant pas d’être les premiers à l’utiliser l’arme atomique, les États-Unis augmentent le risque de une escalade nucléaire involontaire.

D’ailleurs, parmi les puissances nucléaires, la Chine a pris l’engagement de ne pas utiliser l’arme atomique en premier.

Publié le mercredi 28 septembre 2016 à 16:09, modifications jeudi 29 septembre 2016 à 8:01

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !