Monde

Etats-Unis : Donald Trump valide la construction du projet Keystone XL, un oléoduc géant

Huit ans après en avoir fait la demande, l’opérateur TransCanada a obtenu le permis de construire l’oléoduc Keystone XL. Ce pipeline géant doit transporter le pétrole extrait des sables bitumineux du Canada jusqu’au Nebraska.

Alors que Donald Trump n’est pas parvenu à convaincre la majorité républicaine d’adopter la réforme de l’ObamaCare, son administration vient d’accorder à la société TransCanada le permis de relancer la construction de l’oléoduc très controversé Keystone XL.

Ainsi, en validant cet accord ce vendredi 24 mars, le département d’Etat a indiqué que la construction de cet oléoduc « servirait l’intérêt national » américain.

Le président américain a loué un « grand jour » pour l’emploi et l’indépendance énergétique.

L’oléoduc sera long de 1 900 kilomètres, dont 1 400 uniquement sur le sol américain. De plus, le pipeline doit transporter le pétrole extrait des sables bitumineux de l’Alberta, dans l’ouest du Canada, jusqu’au Nebraska, dans le centre des Etats-Unis.

L’or noir sera ensuite acheminé jusqu’aux raffineries américaines du golfe du Mexique, via une portion déjà existante.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, qui cherche à soutenir sa croissance économique dans le secteur pétrolier tout en ménageant les environnementalistes, avait évoqué le projet avec Donald Trump.

Je suis en faveur de ce projet d’oléoduc parce que cela va amener de bons emplois. Et de la croissance économique.

Avait-il ainsi déclaré, lors de sa visite à la Maison-Blanche, mi-février.

Donald Trump n’a fait aucune allusion au débat sur le réchauffement climatique ni sur l’environnement.

Des sujets qui avaient pourtant poussé son prédécesseur à bloquer la construction de l’oléoduc.

Véto de Barack Obama

En effet, Barack Obama avait mis un terme au projet en novembre 2015, après des années de lutte des associations de protection de l’environnement et des locaux.

Le département d’Etat a décidé que le projet Keystone XL n’était pas dans l’intérêt national des Etats-Unis. Je suis d’accord avec cette décision.

Avait-il déclaré, assurant que le projet aux 15 milliards de dollars (17,3 millions d’euros) n’aurait pas eu de retombées significatives sur l’économie américaine, contrairement à ce qu’assurait le camp républicain.

De nombreux experts avaient estimé que les coûts élevés d’extraction rendaient le projet beaucoup moins attractif économiquement. D’autant plus, dans un contexte de prix du baril en berne.

A l’époque, à quelques semaines de l’ouverture de la Conférence de Paris sur le climat (COP 21), il s’agissait aussi pour les Etats-Unis de se positionner comme leader mondial et acteur majeur dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Les associations de défense de l’environnement, qui luttent contre le projet Keystone XL ne comptent pas se laisser faire.

Ce projet sera combattu bec et ongles.

A averti Clayton Thomas-Muller, de l’ONG 350.org.

La décision de Trump trahit nos enfants et les générations futures.

A déclaré Michael Brune le président de l’ONG environnementaliste américaine Sierra Club.

L’oléoduc Keystone XL est sale, dangereux et l’une des pires choses qui puissent arriver aux Américains. C’est pour cela que Donald Trump le soutient.

L’ONG Friends of the Earth (les Amis de la Terre) a pour sa part annoncé qu’elle allait déposer une plainte en justice contre la décision du président.

Publié le lundi 27 mars 2017 à 11:16, modifications lundi 27 mars 2017 à 11:41

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !