Monde

Etats-Unis : Donald Trump prêt à naturaliser 1,8 millions de sans-papiers sous certaines conditions

Donald Trump propose la naturalisation 1,8 millions de migrants entrés illégalement dans le pays, dont les Dreamers. En échange, il veut obtenir les crédits nécessaires pour ériger le mur promis à la frontière avec le Mexique.

Jeudi 25 janvier, Donald Trump a annoncé qu’il allait proposer au Congrès une voie d’accès à la citoyenneté américaine pour 1,8 million de migrants entrés illégalement sur le sol Américain. Il s’agit toutefois d’une concession qui ne va pas sans contrepartie.

Des naturalisations contre le mur avec le Mexique

S’il s’agit d’une concession qui s’inscrit dans le renforcement de la lutte contre les clandestins, Donald Trump entend également demander aux élus d’accéder à l’une de ses promesses de campagne. Ainsi, le président américain va proposer de naturaliser 1.8 million de sans-papiers. En échange, il veut obtenir 25 milliards de dollars pour construire le mur avec le Mexique. L’une de ses promesses de campagnes les plus décriées.

En effet, le programme Daca, mis en place par Barack Obama, a permis à quelque 690.000 jeunes de travailler et d’étudier en toute légalité. Donald Trump l’a abrogé en septembre jugeant qu’il n’était pas constitutionnel. Il avait alors donné jusqu’à mars au Congrès pour trouver une solution. Alors que les démocrates ont fait de ce dossier leur priorité absolue, les républicains sont globalement d’accord pour régulariser les Dreamers. S’il est entériné, ce processus de naturalisation, d’une durée de 10 à 12 ans, profitera aux 690.000 sans-papiers arrivés enfants aux États-Unis.

Une entente hypothétique

Les annonces faites ce jeudi par la présidence américaine sont les points centraux du projet sur l’immigration. Celui-ci sera officiellement présenté par la Maison-Blanche la semaine prochaine. Selon les médias américains, il devrait être accepté par les démocrates comme les républicains. Un accord qui permettrait de mettre un terme à des mois de bras de fer infructueux sur ce sujet délicat.

Le sénateur républicain de Caroline du Nord Thom Tillis a salué jeudi un « plan réaliste ». Reste que de nombreux démocrates se refusent toujours à l’idée d’un immense mur symbole pour eux d’une politique xénophobe.

Par ailleurs, les nouvelles propositions de la Maison-Blanche pourraient être mal reçues par les plus conservateurs des républicains. Afin de les convaincre, Donald Trump a veillé à joindre à ce projet d’autres mesures restreignant l’immigration légale. Il s’agit notamment d’un texte sur le regroupement familial large. Le président américain souhaite désormais limiter ce regroupement au conjoint et aux enfants mineurs. La Maison-Blanche demande également l’abrogation du système de loterie pour l’attribution de cartes vertes qui donnent droit de s’installer aux États-Unis. Une volonté du président de prôner un accès « fondé sur le mérite ».

Publié le samedi 27 janvier 2018 à 9:37, modifications samedi 27 janvier 2018 à 9:36

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct