Monde

Etats-Unis : Donald Trump assaillis de plaintes pour conflit d’intérêts

L’état du Maryland, la ville de Washington ainsi que près de 200 députés démocrates du Congrès ont assigné Donald Trump en justice cette semaine. La cause : les conflits d’intérêts majeurs présents depuis le début de sa présidence. On vous donne les détails …

Depuis le début de la semaine, les plaintes contre Donald Trump se multiplient. En effet, le lundi 12 juin dernier, l’état du Maryland ainsi que la ville de Washington ont assigné le président américain en justice. Selon eux, Donald Trump ne se serait pas assez distancié de son empire immobilier en prenant ses fonctions présidentielles. Le Maryland et la ville de Washington estiment qu’il existe un conflit d’intérêt notoire entre le statut de président de Donald Trump et son implication dans ses affaires. Ils lui reprochent notamment d’accepter des paiements de la part des gouvernements étrangers par le biais de ses hôtels.

Lors de sa prise de pouvoir, Donald Trump avait confié la gestion de son entreprise à ses fils. Cependant, il a conservé toutes ses parts dans la Trump Organization. Un article du Washington Post mets le doigt sur l’élément clé des plaintes déposées contre le président américain. C’est le Trump International, un nouvel hôtel appartenant au groupe immobilier de la famille. Le complexe, situé près de la Maison Blanche, a été inauguré l’an dernier. Selon le Post, plusieurs délégations étrangères en visite officielle auraient choisi d’y séjourner. Le journal rapporte également que l’ambassade du Koweït y aurait transféré un événement à l’origine prévu pour être accueilli par le Four Seasons.

La clause sur les émoluments

Les plaintes déposées sont fondées sur une disposition bien particulière de la Constitution américaine : la clause sur les émoluments. En effet, cette clause interdit formellement à toute personne occupant une fonction publique d’accepter des biens, des cadeaux, des titres ou quoi que ce soit d’autre de la part d’un état étranger sans l’accord préalable du Congrès.

Cette plainte a été reprise un peu plus tard dans la semaine lorsque 196 élus démocrates ont décidé de la soutenir et donc de déposer une deuxième plainte pour des motifs identiques. Les plaignants arguent que le président n’a pas pris la distance nécessaire avec son groupe économique. Le procureur général de Washington, Karl Racine, s’est notamment exprimé sur le sujet :

Jamais dans l’histoire de ce pays n’avons-nous eu un président à ce point engagé dans les affaires. Ou encore un président ne s’étant pas distancié de façon convenable de ses actifs.

En janvier, une plainte se fondant sur la même clause avait été déposée par une ONG anti-corruption. Cependant, les deux plaintes déposées cette semaine sont les premières à être présentée par des représentants publics. Des ennuis de plus pour Donald Trump qui est déjà inquiété par une enquête examinant une possible obstruction à la justice.

Publié le vendredi 16 juin 2017 à 14:33, modifications vendredi 16 juin 2017 à 18:05

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !