Monde

Etats-Unis : Le commerce d’ivoire officiellement prohibé

La décision était attendue depuis longtemps. A l’instar de la France, qui fut le premier pays européen à adopter une telle mesure, les Etats-Unis viennent d’adopter un nouveau décret interdisant le commerce de « l’or blanc ».

Après plusieurs années de lutte, les défenseurs des animaux peuvent être enfin soulagés : l’interdiction du commerce de l’ivoire est officiellement entrée en vigueur depuis le 2 juin dernier, comme l’annonce l’US Fish and Wildlife Service (USFW). En mai dernier, c’était à la France d’ouvrir le bal des réglementations du marché de « l’or blanc » en Europe, grâce à un mouvement initié par les institutions kényanes.

Dans un décret visant à combattre le trafic des espèces sauvages datant de 2013, le président américain, Barack Obama, s’était engagé à mettre en œuvre des restrictions, dont cette interdiction relative au commerce d’ivoire.

Une mesure saluée par Daniel M. Ashe, directeur général de l’USFW :

(Cette mesure) limite très fortement l’importation, l’exportation et les ventes d’ivoire d’éléphants africains entre les États américains [et] ferme un canal important pour les trafiquants en éliminant la couverture du commerce légal d’ivoire.

Puis d’ajouter :

Nous avons encore beaucoup à faire pour sauver cette espèce mais aujourd’hui est une bonne journée pour l’éléphant africain.

Bien que cette nouvelle interdiction soit à n’en pas douter une avancée significative, le chemin à parcourir semble encore long. En effet, aujourd’hui encore, on estime à 30.000 le nombre d’éléphants Africains tués chaque année pour leur ivoire. Une matière prisée, principalement destinée à la revente vers le continent asiatique.

De plus, à l’instar de la France, ce nouveau décret ne prend pas en compte certaines pièces telles que les instruments de musique, les armes ne contenant pas plus de 200 grammes d’ivoire ou encore tous les objets datant de plus de cent ans.

Enfin, le décret ne prend en compte que les éléphants d’Afrique, faisant fi d’autres espèces telles que les dents du morse, les dents du cachalot ou encore les défenses de l’hippopotame.

Une inquiétude persistante pour la célèbre organisation WWF :

Dans les pays où les autorités de gestion de la nature sont peu financées, le braconnage reste un problème chronique. Plusieurs marchés d’ivoire florissants mais non contrôlés continuent à exister (et) alimentent le commerce illégal à l’échelle internationale.

On estime à 20 milliards de dollars par an le marché des produits illégaux issus de la faune sauvage, l’ivoire représentant pour sa part un marché de 3 milliards.

Publié le mardi 7 juin 2016 à 14:39, modifications mardi 7 juin 2016 à 12:35

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !