Monde

États-Unis : Elle brise la jambe de sa fille trois fois par jour pour éviter l’amputation

De peur que sa fille ne se fasse amputer d’une jambe, une mère opte pour un traitement douleur et pénible afin de lui sauver la jambe.

Elsie Moravek est née aux États-Unis avec un complexe fémoro-péronéo-cubital : sa jambe gauche ne grandissait pas correctement et elle était plus courte que la droite de 11 centimètres. Une maladie, très rare, qui touche 2 enfants sur 100 000.

Après que les médecins aient annoncé la triste nouvelle, en 2011, les parents ont dû choisir un des trois traitements existants : amputer la jambe, mettre une prothèse ou débuter un traitement douloureux qui forcerait la jambe à s’allonger.

Les parents de l’enfant ont alors opté pour la troisième solution, une méthode qui, selon The Mirror, ressemble à une torture médiévale.

À 21 mois, la fillette a subi une première opération du genou, de la cheville et de la hanche qui lui a permis d’apprendre à marcher à l’aide d’une prothèse. En août 2015, âgée alors de trois ans, elle part avec sa mère s’installer à Baltimore pour être soumise à une deuxième chirurgie, afin que sa jambe gauche soit de la même taille que la droite.

Pendant l’opération, le fémur et le tibia d’Elsie ont été chirurgicalement séparés et maintenus intacts par un fixateur externe à travers la peau, les muscles et les os. Après la chirurgie, sa mère a dû tourner des vis manuellement, trois fois par jour, pendant quatre mois, pour écarter d’un millimètre le fémur et le tibia.

Aujourd’hui, Elsie a enfin ses deux jambes de la même taille, mais le même problème subsiste. Tant que sa croissance n’aura pas cessé, elle devra se soumettre au même traitement afin que sa jambe gauche accompagne la croissance de sa jambe droite.

Publié le mardi 3 mai 2016 à 11:40, modifications mardi 3 mai 2016 à 11:44

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

4 Commentaires