Monde

Etats-Unis : Barack Obama « n’est pas prêt à renoncer » à la fermeture de Guantanamo

Barack Obama, le président des Etats-Unis, a rappelé l’une de ses promesses de campagnes : fermer Guantanamo et il entend bien respecter cet engagement.

Jeudi 8 septembre, le président américain Barack Obama a insisté sur la fermeture du centre de détention de Guantanamo.

Je ne suis pas prêt à renoncer à la fermeture de Guantanamo, dont l’existence est utilisée comme un outil de recrutement par les organisations terroristes.

A déclaré le président des Etats-Unis à l’occasion du dernier jour du sommet des pays du Sud-Est asiatique (Asean) qui se tenait au Laos.

Barack Obama, qui est le premier président américain à se rendre dans ce petit pays communiste, avait fait de la fermeture du célèbre centre de détention cubain, une de ses promesses majeures de campagne à l’élection présidentielle en 2008.

Ainsi, le dirigeant américain cherche depuis 2009 à fermer cette prison militaire très controversée, qui avait été ouverte après les attentats du 11 septembre 2001. Cette prison devait alors regrouper les prisonniers de la « guerre contre le terrorisme ».

En février dernier, il avait même présenté un plan de fermeture de la prison « pour refermer un chapitre de l’histoire américaine ».

Au même moment, jeudi 8 septembre, le ministre de la Défense américaine a annoncé la fermeture de l’un des camps de détention de Guantanamo. Il s’agit du camp 5 qui comprenait 100 cellules et qui va être reconverti en hôpital.

Les détenus les plus dangereux, notamment ceux soupçonnés d’être impliqués dans les attentats du 11 septembre, soit une quinzaine, vont rester dans un bâtiment isolé.

Déjà en août dernier, le Pentagone avait annoncé qu’il restait désormais 61 détenus dans ce centre ouvert sur une base navale américaine à Cuba par le président de l’époque, George W. Bush.

Au total, ce sont 780 prisonniers qui y ont transité, la plupart étant des suspects de terrorisme et capturés après les attentats meurtriers qui avaient frappés la côte Est et Ouest des Etats-Unis.

Certains avaient été incarcérés sans jugement provoquant de nombreuses controverses ainsi que de vives condamnations de la part de la communauté internationale.

De son côté, Donald Trump s’est engagé, s’il est élu, à remplir Guantanamo de «sales types».

Publié le vendredi 9 septembre 2016 à 11:29, modifications vendredi 9 septembre 2016 à 9:57

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !