Monde

En Russie, Emmanuel Macron et Vladimir Poutine travaillent sur l’apaisement international

Sur fond de climat tendu entre la Russie et les pays Occidentaux, Emmanuel Macron est arrivé à St Petersbourg pour mettre en place des « initiatives communes avec Vladimir Poutine.

Emmanuel Macron est arrivé jeudi 24 mai en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine. En conférence de presse dans la soirée de jeudi, les deux chefs d’États ont affiché leurs convergences. Notamment sur le délicat dossier des accords du nucléaire iranien.

Un an après un premier tête-à-tête à Versailles, Vladimir Poutine a accueilli Emmanuel Macron et son épouse. Le président russe lui a offert un bouquet de fleurs, sur les terrasses du fastueux Palais Constantin. Celui-ci domine le Golfe de Finlande, au sud-ouest de l’ancienne capitale impériale Saint-Pétersbourg. Une ville jugée la plus européenne de Russie et aussi « la ville de Vladimir Poutine ».

Ainsi, et dans un contexte tendu entre les Occidentaux et la Russie, les deux présidents se sont longuement entretenus, trois heures durant. Ensuite, ils se sont exprimés en conférence de presse.

Qu’il s’agisse de l’Ukraine, du Moyen-Orient, de la crise iranienne et de la situation en Syrie. Qu’il s’agisse aussi de la manière dont nous voyons le multilatéralisme contemporain. Je crois qu’il nous faut travailler pour prendre des initiatives communes.

A déclaré Emmanuel Macron au début de l’entretien.

Nos relations se développent malgré les difficultés.

A relevé de son côté Vladimir Poutine, ajoutant qu’il comptait aborder « les sujets internationaux clés dont la solution est dans l’intérêt de la France comme de la Russie ».

Préserver l’accord iranien

Après des années de tensions liées à la crise ukrainienne et au conflit syrien, l’empoisonnement en mars en Angleterre de l’ex-espion Sergueï Skripal, un point de coopération est malgré tout ressorti des discussions. En effet, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ont tenu à afficher leurs « convergences sur le maintien de l’accord sur le nucléaire iranien ».

Nous avons avec Vladimir Poutine cette volonté commune de préserver ce cadre.

A ainsi déclaré le chef de l’État français qui souhaitent voir « l’ensemble des signataires de l’accord de 2015 avec l’Iran rester dans l’accord et le préserver ». De son côté, Vladimir Poutine a rappelé que la Russie « n’a jamais approuvé des sanctions unilatérales et n’en a jamais mis en œuvre ».

Ainsi, les deux chefs d’Etat ont fait preuve de la même volonté de conciliation dans un domaine inattendu et hier encore objet de tensions, les cyberattaques, sur lesquelles ils ont promis de « s’échanger des informations ».

Le dossier ukrainien

Dans cette relation visiblement apaisée, le conflit en Ukraine a été évoqué. Toujours très diplomatiquement, chaque président a appelé de ses vœux au respect des accords de Minsk. Ceux-ci sont censés apporter la paix dans le Donbass, dans l’est du pays. Pour mémoire, la situation ukrainienne est toujours incertaine. Les combats opposant depuis quatre ans le gouvernement pro-occidental et rebelles prorusses connaissent un regain de tensions ces derniers jours.

De quel avion parlez-vous ? Je ne connais pas les détails.

A feint  Vladimir Poutine, interrogé lors de la conférence de presse sur les conclusions de l’équipe internationale d’enquête. En effet, celle-ci a attribué à une unité russe le tir de missile qui a abattu l’avion MH17 au-dessus du territoire ukrainien, en juillet 2014.

Le chef du Kremlin a fini par mettre les choses au clair :

Je peux vous dire tout de suite notre vision là-dessus. Nous avons dès le début proposé un travail conjoint mais nous n’avons pas été admis à l’enquête. La partie ukrainienne y travaille malgré la violation du droit international par les Ukrainiens. Nous devons participer à part entière à l’enquête. Nous allons formuler une réponse mais je n’ai pas vu le texte.

De son côté, Emmanuel Macron a réagi en affirmant avoir « confiance en l’impartialité de l’équipe d’enquête ». Le président de la République a également estimé « que le rôle de la Russie est de participer à la manifestation de la vérité ».

Enfin, le chef de l’Etat français a ravi l’assemblée en annonçant qu’il reviendrait lors de la Coupe du monde de football, dont le coup d’envoi sera donné à la mi-juin dans le pays. Mais seulement « si l’équipe de France passe les quarts de finale ».

Emmanuel Macron a ensuite poursuivi ses rendez-vous, dans la soirée, avec des personnalités de la société civile et de la culture.

Publié le vendredi 25 mai 2018 à 13:41, modifications vendredi 25 mai 2018 à 13:04

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !