Monde

Un employé de Twitter désactive le compte de Donald Trump pour “fêter” son dernier jour dans l’entreprise

Pour fêter son dernier jour au sein de l’entreprise Twitter, cet employé s’est fait plaisir en désactivant le compte officiel de Donald Trump. Le Président des États-unis est quand à lui furieux et le fait savoir.

Ce jeudi 2 novembre au soir, le compte Twitter de Donald Trump était introuvable durant plusieurs minutes. Le réseau social a aussitôt donné des informations sur l’état de leur service.

Un peu plus tôt, le compte de Donald Trump a été désactivé par inadvertance par un de nos employés. Le compte a été fermé pendant onze minutes et a été réactivé depuis. Nous cherchons toujours ce qui est à l’origine de cet incident et essayons de trouver un moyen d’éviter que ça se reproduise.

Bug technique ? Une heure plus tard, Twitter avait trouvé l’origine du problème et l’explication a finalement été bien différente.

L’employé vu comme un « héros »

Après enquête, il s’avère que la désactivation du compte n’était pas si accidentelle que ça. En effet, un employé qui quittait ce jour là la société a volontairement coupé le sifflet à Donald Trump, habitué des tweets assassins.

Après avoir mené une recherche, nous avons pu constaté que cela avait été fait par un de nos employés du service client qui réalisait son dernier jour. Nous sommes en train de revoir notre fonctionnement interne.

Précisait la firme.

Un geste qui a été salué par bon nombre d’internautes.

Donald Trump contre-attaque

Suivi par 41,7 millions d’abonnés, Donald Trump communique ses projets de lois mais aussi ses idées parfois très tranchées sur Twitter. De ce fait, il n’a pas tardé à fustiger cet employé qu’il qualifie de « voyou ».

Mon compte Twitter a été supprimé 11 minutes par un employé voyou. Je suppose que le mot doit enfin sortir et avoir un impact.

Du grand Donald Trump ! Mais ses détracteurs ne l’ont pas loupé.

Vous le méritez. Employé de l’année

Commente par exemple une jeune femme sous son post.

Reste à savoir si le salarié devra faire face aux conséquences de son acte, comme semble le souhaiter le Président des États-Unis.

Publié le vendredi 3 novembre 2017 à 15:06, modifications vendredi 3 novembre 2017 à 14:40

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !