Monde

Élections aux USA : Google, Facebook et Twitter vont témoigner sur l’enquête Russe

Les géants des réseaux sociaux sont invités à répondre devant les commissions du renseignement du Sénat. Dans le cadre de l’enquête d’une possible influence de la Russie sur les élections présidentielles américaines, Facebook, Google et Twitter auraient des informations qui pourraient faire avancer les investigations

Accusée d’avoir influencé la victoire de Donald Trump au détriment d’Hillary Clinton lors de la campagne présidentielle américaine de 2016, la Russie est dans le collimateur des commissions du renseignement du Sénat et de la Chambre des représentants. Afin de déterminer l’influence du pays sur les réseaux lors de l’élection présidentielle remportée par Donald Trump l’an dernier, Google, Facebook et Twitter ont étés invités à témoigner dans le cadre de l’enquête.

Soupçonnés d’avoir acheté des espaces publicitaires pour nuire à Hillary Clinton

En effet, la commission du Sénat sur le renseignement attend pour l’audition publique du 1er novembre prochain, la présence des représentants des géants de l’Internet mercredi.

Mike Conaway et Adam Schiff, membres de la commission d’enquête de la Chambre affirment :

Le Congrès et le peuple américain ont besoin d’entendre ces informations importantes directement de ces entreprises

Sous la pression, Facebook avait accepté la semaine dernière, de fournir au Congrès le contenu de messages à caractère politique. Ces messages auraient permis aux Russes d’acheter des espaces publicitaires sur le réseau social. Or, ces messages avaient pour but de créer des tensions politiques. Selon la presse américaine, alors en tête des intentions de vote, l’image d’Hillary Clinton aurait été écornée par ces publicités.

D’ailleurs, Barack Obama avait appelé personnellement Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook. L’ancien président américain l’aurait mis en garde de l’influence russe sur l’élection présidentielle selon le Washington post. Le réseau social, en pleine lutte contre les fake-news, devra donc avec Google et Twitter donner le plus d’informations afin que l’enquête avance.

De son côté, le Kremlin nie toute implication dans l’élection.

Publié le jeudi 28 septembre 2017 à 13:41, modifications jeudi 28 septembre 2017 à 12:46

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !