Monde

Election présidentielle américaine : Michelle Obama pulvérise Donald Trump

Michelle Obama a évoqué le dégoût qu’elle a ressenti en entendant les propos obscènes de Donald Trump. La First Lady s’est faite la porte-parole des femmes offensées par le sexisme du candidat républicain, qu’elle a cloué au pilori.

Même si Michelle Obama n’a aucune fonction politique, la First Lady représente une arme redoutable dans la campagne présidentielle américaine. A l’image de son époux, Barack Obama, elle se pose en fervent soutien de la démocrate Hillary Clinton et elle le fait savoir. Mais par dessus tout, Michelle Obama est surtout le meilleur détracteur de Donald Trump et son dernier discours public en a témoigné une nouvelle fois.

Considéré comme un véritable tournant dans cette course à la Maison blanche. Michelle Obama s’est exprimée avec beaucoup d’émotion, contre le milliardaire provocateur.

Le ton était passionné, dur et sec. Michelle Obama a fustigé, jeudi 14 octobre à l’occasion d’une allocution en faveur de la candidate démocrate à Manchester dans le New Hampshire, le « comportement de prédateur sexuel » de Donald Trump, accusé d’avoir agressé physiquement des femmes et critiqué pour des propos obscènes tenus en 2005. Elle a également souligné son dégoût face à des propos qu’elle juge « intolérables ».

Michelle Obama s’est exprimée avec son cœur, livrant de l’avis général le meilleur discours de la campagne présidentielle.

Assez, c’est assez.

A-t-elle martelé dès le début.

J’aimerais tellement faire comme si rien ne s’était passé, mais ce n’est pas quelque chose que l’on peut ignorer. Ce n’était pas juste des conversations de vestiaire : c’était une personne de pouvoir parlant ouvertement d’agression sexuelle.

A dénoncé la First Lady en référence aux excuses qu’avaient faites Donald Trump sur la vidéo de 2005.

Puis, c’est avec des sanglots dans la voix et un ton sans appel que Michelle Obama a évoqué l’image renvoyée par cet homme envers les petites filles :

Considérer ces propos comme une plaisanterie de vestiaire est une insulte à tous les hommes qui sont des maris, des pères et des frères. Un homme fort n’a pas besoin de rabaisser une femme pour se sentir puissant.

Depuis une semaine, le milliardaire et candidat républicain à la Maison-Blanche, éprouve de grandes difficultés à se défendre après des propos vulgaires et dégradants sur les femmes.

Je ne peux pas arrêter d’y penser. Ces propos m’ont glacée jusqu’à la moelle, m’ont bouleversée à un point que je n’aurais jamais imaginé. J’entends toutes ses remarques et elles me blessent, et je suis sûre qu’elles vous blessent aussi, surtout les femmes : on se sent aussi mal que quand on marche dans la rue et qu’un homme nous lance une remarque vulgaire, ou quand on est au travail et qu’on voit un collègue se tenir un peu trop près ou nous regarder avec insistance.

A dénoncé l’épouse du président américain.

Donald Trump se retrouve de surcroît depuis mercredi 13 octobre accusé de harcèlement et de gestes constitutifs d’agressions sexuelles par une demi-douzaine de femmes, ce qui plombe encore davantage sa course présidentielle.

Le New York Times a notamment donné la parole à deux Américaines. La première reproche à Donald Trump de l’avoir touchée alors qu’elle était assise à côté de lui dans un avion il y a plus de trois décennies. La seconde affirme qu’il l’a embrassée contre son gré en 2005, lorsqu’elle travaillait comme réceptionniste dans la tour Trump à New York.

Hillary Clinton a immédiatement salué la prestation de Michelle Obama :

Je suis impressionnée. Merci d’avoir mis des mots sur ce que nombre d’entre nous ont dans leur cœur.

A-t-elle réagi sur Twitter où nombre d’internautes célèbres comme anonymes ont également salué ce discours émouvant.

Publié le samedi 15 octobre 2016 à 13:55, modifications dimanche 20 novembre 2016 à 1:25

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !