Monde

Égypte : Selon un avocat, violer une femme portant un jean troué est “un devoir national”

Le 19 octobre dernier, sur la chaîne télévisée Al Assima en Égypte, un avocat a déclaré que c’était un devoir national que de violer ou harceler sexuellement une femme portant un jean troué.

C’est tout un pays qui est sous le choc suite aux propos tenus par Nabih al-Wahsh, un avocat égyptien, envers la femme. Ce dernier est intervenu à la télévision le 19 octobre dernier. Suite à ses déclarations, le Conseil national égyptien pour les Femmes a décidé de porter plainte, car selon lui, il est insupportable d’imaginer que ces propos scandaleux restent impunis.

Des propos ignobles et scandaleux

Il n’est pas rare que des propos violents envers les femmes soient proférés à la télévision égyptienne. Mais cette fois, ça dépasse l’entendement ! L’avocat a carrément appelé au viol. Selon lui, une femme portant un jean troué laissant entrevoir ses cuisses, mérite de se faire agresser sexuellement ! Voici ce qu’il a exactement déclaré :

Agresser sexuellement une femme qui se promène avec un pantalon déchiré laissant apparaître ses cuisses ou ses fesses est un devoir national ! Et son viol, un devoir communautaire !

Sur le plateau, tout le monde a rapidement réagi à ses propos intolérables. Mais l’avocat a cherché à se défendre, estimant qu’une femme vêtue de la sorte n’avait aucun honneur, et qu’elle était responsable de ce qui pouvait éventuellement lui arriver.

Une plainte a été déposée

Ces propos ont choqué le pays, et notamment ceux qui défendent les droits des femmes. Le Conseil national égyptien pour les Femmes a décidé de dénoncer ces propos considérés comme ignobles. La directrice, Maya Morsi, affirme que c’est une promotion en direct de la culture du viol. Le conseil a déposé plainte contre l’avocat, mais également contre la chaîne de télévision.

En Egypte, 60% des femmes ont déjà subi au moins une agression sexuelle au cours de leur vie. Depuis 2014, les agressions sexuelles sont enfin pénalisées par la loi. Pour rappel, la ville du Caire arrive en première position des villes les plus dangereuses pour les femmes.

En 2016, les fiançailles d’un jeune garçon de 11 ans et de sa cousine de 12 ans avait aussi soulevé la colère des Égyptiens.

Publié le mardi 28 novembre 2017 à 12:38, modifications mardi 28 novembre 2017 à 16:03

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

3 Commentaires