Monde

Égypte : Les autorités vont juger une poupée

Les autorités égyptiennes s’apprêtent à poursuivre en justice une poupée pour s’être moquée des politiciens.

En France, nous avons les Guignols de l’Info et en Égypte, ils ont Abla Fahita (tante Fahita), une poupée qui a des millions de fans grâce à sa satire politique. Elle se moque régulièrement des politiciens égyptiens et aborde des sujets tels que le sexe et l’alcool. Elle est veuve, indépendante, bienveillante et elle adore prendre des selfies en sous-vêtement et lire le best-seller Cinquante Nuances de Grey.

Mais tante Fahita est aujourd’hui dans de beaux draps, puisqu’elle est poursuivie par la justice égyptienne qui affirme que la marionnette est allée trop loin et qu’elle n’est pas un bon exemple de la liberté d’expression. Et ce n’est pas la seule controverse. En effet, la poupée a qualifié les députés égyptiens de « coincés » lors d’une émission, ce mois-ci.

Ils ont immédiatement exigé que l’émission soit annulée et que la chaîne de télévision CBC soit pénalisée. Selon les membres du parlement, l’émission insulte les députés et va au-delà de la liberté de l’expression.

Tante Fahita n’en est pas à son premier procès. En 2014, la poupée faisait sa première apparition lors d’une publicité d’un opérateur de téléphonie mobile. Un certain Spider, connu pour ses théories du complot et comptant des milliers de fans sur Facebook, avait lancé la rumeur que la poupée envoyait dans la publicité des codes aux islamistes. Néanmoins, l’enquête n’a débouché sur rien.

Publié le jeudi 28 avril 2016 à 9:45, modifications jeudi 28 avril 2016 à 9:50

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !