Monde

Donald Trump : Sur quoi portent les soupçons d’évasion fiscale ?

Selon le « New York Times », Donald Trump aurait reçu de ses parents 400 millions de dollars, en contournant le fisc.

Donald Trump entretient depuis toujours son image du self-made-man (l’homme qui s’est fait tout seul). Une légende qui a pourtant été entamée depuis les révélations du New York Times, publiées mardi 2 octobre.

L’enquête montre clairement qu’à chaque étape de la vie de Trump, ses finances étaient imbriquées avec, et dépendantes de la fortune de son père.

Ecrit le quotidien.

Déjà millionnaire à huit ans

On apprend donc que Donald Trump aurait reçu plus de 400 millions de dollars de ses parents, en partie grâce à des manœuvres d’évasion fiscale. Ces informations ont conduit le service des impôts de l’Etat de New York à ouvrir une enquête mardi 2 octobre. Pour ce faire, le New York Times cite des déclarations d’impôts et des documents financiers confidentiels. Il n’a cependant pas eu accès aux déclarations d’impôts de Donald Trump lui-même. Des documents que ce dernier refuse toujours de rendre public.

Ainsi, le quotidien affirme que, depuis son plus jeune âge et jusqu’à aujourd’hui, l’ancien magnat de l’immobilier a bénéficié, comme ses quatre frères et sœurs, de revenus provenant de l’empire immobilier de son père, Fred Trump. Le montant total de ces revenus équivaut à quelque 413 millions de dollars d’aujourd’hui (356 millions d’euros), selon le New York Times. Or, d’après le quotidien, Donald Trump a reçu depuis l’âge de trois ans 200.000 dollars par an (173.000 euros). Et à huit ans, il était déjà millionnaire.

Fred Trump était impitoyable et créatif quand il s’agissait de trouver des moyens de transmettre sa richesse à ses enfants.

Commente le quotidien, qui liste nombre d’astuces :

Du chèque de 10 000 dollars pour Noël, aux prêts successifs. Pour la plupart jamais remboursés.

Et Fred Trump a commencé très tôt à enrichir ses quatre enfants, dont le futur président des Etats-Unis.

Les informations du quotidien ont été démenties par un avocat du président américain, ainsi que par la porte-parole de la Maison-Blanche.

Il est triste d’assister aux attaques fallacieuses d’un New York Times défaillant.

A en effet réagi la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, ajoutant

Il y a plusieurs décennies, le fisc a examiné et approuvé ces transactions.

Une société écran et avoirs immobiliers sous-évalués

Pourtant, depuis la parution de ces informations, le service des impôts de l’Etat de New York détaille ces accusations. Et explore « avec détermination » toutes les pistes d’enquête. Car, le New York Times prétend que Donald Trump et ses frères et sœurs auraient ainsi établi une société écran avec pour seul objectif de dissimuler les dons de leurs parents.

Par ailleurs, le président américain aurait également aidé son père à profiter indûment de millions de dollars de déductions fiscales. Il aurait notamment sous-évalué ses avoirs immobiliers pour réduire les impôts à payer lors de leur transfert à leurs enfants. Ainsi, les enfants Trump auraient reçu au total « une somme bien supérieure à un milliard de dollars » de leurs parents. Au taux d’imposition de 55% sur les héritages et les dons en vigueur à l’époque, ils auraient donc pu payer jusqu’à 550 millions de dollars (475 millions d’euros). Or, ils n’ont versé que 52,2 millions (45 millions d’euros), selon le journal.

Publié le jeudi 4 octobre 2018 à 13:07, modifications jeudi 4 octobre 2018 à 13:26

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !