Monde

Donald Trump : son brusque revirement sur la question de la Syrie

Bien avant d’avoir annoncé sa candidature pour la présidence des Etats-Unis, Donald Trump s’était exprimé contre une intervention américaine en Syrie. Cependant, le président américain vient de prendre un virage à 180 degrés sur la question syrienne. On vous donne les détails …

S’il est un sujet sur lequel Donald Trump a été constant, c’est celui de la Syrie. Depuis 2013, bien avant sa course à la Maison Blanche, il s’était exprimé sur le sujet et ses prises de positions étaient restées constantes jusqu’à présent. En août 2012, l’administration de Barack Obama pose une ligne rouge au régime de Bachar al-Assad. En effet, le président démocrate avait assuré que les Etats-Unis interviendraient en Syrie si le régime de Damas faisait usage d’armes chimiques. Un an plus tard al-Assad franchit cette ligne, mais Obama décide de ne pas intervenir.

C’est à ce moment là que Donald Trump s’exprime pour la première fois sur la question. Dans une série de tweets, il recommande fortement à Barack Obama de ne pas intervenir. Selon lui, une intervention américaine en Syrie pourrait entraîner de fortes représailles à l’attention des Etats-Unis. En effet, pour Trump la plupart des rebelles syriens seraient en réalité des djihadistes. Leur porter secours ne servirait donc pas, selon lui, l’intérêt national.

Pendant sa candidature à l’élection présidentielle, Donald Trump se prononce toujours contre une intervention de son pays en Syrie. Il se confie à la presse et déclare que les Etats-Unis ont un but commun avec la Russie et la Syrie : l’élimination de Daech. Il a notamment expliqué qu’il était préférable que les Etats-Unis laissent ces deux pays s’occuper de l’organisation islamiste. Tout au long de sa course à la présidence, Trump a maintenu cette position. En effet, il a même été jusqu’à contredire Mike Pence et affirmer son désaccord sur la question avec son colistier.

Le brusque revirement du président Trump

A la suite de son élection, l’administration Trump a affirmé sa position anti-intervention. Rex Tillerson, le secrétaire d’Etat, avait annoncé le changement de politique de la nouvelle administration à l’égard de la Syrie. Le départ de Bachar al-Assad, qui constituait une priorité pour Barack Obama, n’en était pas une pour Donald Trump.

La constance de Donald Trump sur cette question peut étonner. En effet, après son élection, le président américain avait revu bon nombres de ses positions et promesses de campagnes. Il a cependant fallu attendre les récentes attaques au gaz du régime syrien pour que Donald Trump s’exprime à nouveau sur le sujet. Dans une conférence de presse donnée mercredi 5 avril dernier, le président à fait une déclaration surprenante.

En effet, la conférence fait suite aux attaques chimiques qui ont frappées le nord-ouest de la Syrie ce mardi 4 avril et qui ont causées la mort de 86 personnes.

Les attaques sont attribuées au régime d’al-Assad que Donald Trump a fortement condamné. Dans son discours, il a noté que de nombreuses lignes avaient été franchies à causes des attaques. Il a également fustigé la précédente administration pour son laxisme et sa faiblesse. Un virage à 180 degrés pour celui qui prônait, jusqu’à récemment, que le sort de Bachar al-Assad soit remis au peuple syrien. Une position qui n’aura finalement pas été tenue jusqu’au bout, puisque les Etats-Unis ont bombardé une base du régime de Damas en guise de représailles.

Publié le vendredi 7 avril 2017 à 13:20, modifications vendredi 7 avril 2017 à 13:20

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !