Monde

Donald Trump en pleine tempête politique après le limogeage de James Comey, le directeur du FBI

« Il ne faisait pas du bon travail, c'est tout simple »

James Comey qui dirigeait notamment l’enquête sur les liens présumés entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie a été limogé. Une décision qui sème le trouble, en pleine enquête de la police fédérale sur un éventuel lien entre l’équipe de campagne du candidat républicain et la Russie.

Donald Trump a provoqué une onde de choc aux États-Unis en congédiant mardi 9 mai James Comey, en poste depuis septembre 2013.

En effet, dans un courrier au directeur du FBI, le président des Etats-Unis lui a signifié qu’il met fin à ses fonctions « avec effet immédiat ».

Le FBI est l’une des institutions les plus respectées de notre pays. Et aujourd’hui marquera un nouveau départ pour l’agence-phare de notre appareil judiciaire.

A indiqué Donald Trump dans un communiqué.

Or, la raison officiellement avancée par l’administration Trump pour ce limogeage est la façon dont James Comey, 56 ans, a géré le dossier des emails d’Hillary Clinton.

Ironie de l’affaire, le président a accusé en substance le directeur du FBI d’avoir mal traité cette dernière en dévoilant à la presse de nombreux détails de l’enquête.

Des détails que le candidat républicain d’alors, avait pourtant largement utilisés pour saper la campagne de sa rivale démocrate.

Par ailleurs, le FBI est en charge de l’enquête sur les liens éventuels entre l’équipe de campagne de Donald Trump et la Russie. Elle est notamment accusée d’avoir interféré dans la présidentielle américaine.

Une affaire régulièrement reléguée au rang des « fake news » par Donald Trump. L’ancien candidat républicain nie implacablement toute collusion avec Moscou contre Hillary Clinton.

Pourtant, selon la presse américaine, le patron du FBI aurait été remercié alors qu’il cherchait à accélérer cette enquête.

Quelques jours avant qu’il ne soit limogé, James Comey a demandé au ministère de la Justice [dont dépend le FBI] plus de procureurs et d’autres ressources humaines pour accélérer l’enquête sur l’interférence de la Russie dans l’élection présidentielle.

A affirmé The New York Times.

Un limogeage inattendu qui secoue le Congrès.

Cependant, ce renvoi surprise a fait l’effet d’une bombe au Congrès.

Monsieur le Président, avec tout le respect que je vous dois, vous faites une grave erreur.

A ainsi déclaré le chef de file de l’opposition démocrate du Sénat, Chuck Schumer. Celui-ci a précisé qu’il avait averti de représailles le président américain lorsqu’il l’a appelé pour l’informer de sa décision.

En outre, à l’occasion d’une conférence de presse au Capitole, le sénateur de l’Etat de New-York a appelé à la nomination d’un magistrat indépendant. Afin de prendre en main l’enquête russe, actuellement menée par le FBI.

En effet, il a estimé que les Américains étaient en droit de soupçonner que ce limogeage était « une tentative d’étouffer » l’affaire.

Dans le même temps, le sénateur démocrate Patrick Leahy a jugé « absurde » la justification donnée par le président Trump. Il remet en question cette excuse selon laquelle Hillary Clinton aurait été traitée avec partialité.

Ce n’est rien de moins que nixonien.

S’est-il emporté, faisant allusion à la décision de Richard Nixon de remercier en 1973 le magistrat indépendant Archibald Cox. Ce dernier enquêtait à l’époque sur le scandale du Watergate qui avait entraîné la chute du président.

La dernière fois qu’un limogeage présidentiel a soulevé tant de questions, l’Amérique était en pleine crise du Watergate.

A lancé en écho le démocrate Cory Booker.

Publié le jeudi 11 mai 2017 à 10:54, modifications jeudi 11 mai 2017 à 11:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !