Monde

Donald Trump aurait déclaré la guerre à la Corée du Nord selon Pyongyang

Le chef de la diplomatie nord-coréenne a tenu des propos qui risquent de faire couler beaucoup d’encre aux Etats-Unis. L’escalade des tensions ne semble plus laisser de place pour une issue diplomatique et sereine entre l’Amérique et les projets de course à l’arme nucléaire du régime nord-coréen.

STORY - Episode 3/35

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Selon des informations du Figaro, Ri Yong Ho, le chef de la diplomatie nord-coréenne, aurait affirmé lundi à des journalistes à New York que le président américain Donald Trump avait officiellement « déclaré une guerre » à la Corée du Nord, suite à ses récents propos controversés à l’ONU.

D’après des précisions de Reuters, la formule exacte de Ri Yong Ho serait la suivante.

Le monde entier devra se souvenir clairement que ce sont les Etats-Unis qui ont été les premiers à déclarer la guerre à notre pays.

La tension entre les USA et la Corée du Nord est à son paroxysme

Le chef de la diplomatie nord-coréenne est actuellement à New York. Il participe en effet à l’Assemblée générale annuelle des Nations unies. Ri Yong Ho aurait également indiqué aux journalistes que la Corée du Nord était prête à abattre les bombardiers américains s’approchant de ses côtes. Cette déclaration intervient en effet après le survol de la péninsule coréenne par des chasseurs de l’armée américaine. Ri Yong Ho s’est montré très ferme. La Corée du Nord n’écarte plus la possibilité d’un conflit armé avec les Etats-Unis.

Puisque les Etats-Unis ont déclaré la guerre à notre pays, nous avons le droit de prendre des mesures de riposte. Y compris le droit d’abattre les bombardiers stratégiques américains, même s’ils ne sont pas dans l’espace aérien de notre pays.

Le président américain joue avec le feu

Donald Trump s’en est pris une nouvelle fois ce week-end à Kim Jong-Un. Le président américain le surnomme dorénavant l’homme-fusée (« rocketman »). Mardi dernier, le dirigeant des Etats-Unis est allé très loin. Il a en effet menacé la Corée du Nord d’une « destruction totale » dans le cadre de son discours à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies. Kim Jong-Un a promis des « contre-mesures radicales et historiques » suite à cette menace de Washington. Donald Trump semblait être pourtant hostile jusqu’à présent à toute intervention militaire et à l’envoi de troupes au sol qui pourraient raviver les cauchemars du Vietnam à l’armée américaine.

La détermination du régime nord-coréen

Lors d’une déclaration publique, le leader Kim Jong-Un a donc fustigé les propos du président américain. Selon le leader nord-coréen, les déclarations du locataire de la Maison-Blanche représentent « la plus féroce déclaration de guerre de l’histoire ».

La succession de tirs de missiles, d’essais nucléaires du régime nord-coréen et les menaces proférées envers le Japon et la côte Ouest des Etats-Unis ont envenimé la situation. Le président américain Donald Trump a été contraint de sortir de sa réserve. Il a tenu à annoncer son intention de prendre des mesures coercitives face au leader Kim Jong-Un. Les nouvelles déclarations de Ri Yong Ho pourraient donc définitivement balayer une issue pacifique. Cette crise diplomatique, extrêmement tendue, est le théâtre d’une joute verbale particulièrement virulente entre Washington et Pyongyang. La crainte d’un conflit militaire entre les Etats-Unis et la Corée du Nord génère de vives inquiétudes dans tout le Pacifique et en Mer du Japon.

Publié le mardi 26 septembre 2017 à 10:51, modifications mardi 26 septembre 2017 à 10:04

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires