Monde

Donald Trump, accusé d’agression sexuelle, est poursuivi pour diffamation

Une ancienne candidate de l’émission de téléréalité de Donal Trump le poursuit pour diffamation. En effet, le milliardaire a nié l’avoir agressée sexuellement… A deux jours de son investiture, le président américain n’avait certainement pas prévu cette embarrassante nouvelle.

Summer Zervos, 42 ans, avait accusé Donald Trump de l’avoir embrassée et touchée contre son gré dans une chambre d’hôtel, il y a une dizaine d’années. Puisqu’il a nié la véracité de ses propos, cette femme a porté plainte contre le président des Etats-Unis pour diffamation.

Lors d’une conférence de presse mardi 18 janvier à Los Angeles, Gloria Allred, l’avocate de Summer Zervos, a précisé :

Nous avons aussi un chef d’accusation pour détresse émotionnelle dans la plainte.

Sa cliente a été “soumise à des avances non souhaitées” de la part de Donald Trump. Ce dernier a, par la suite, soutenu n’avoir “jamais invité Summer Zervos dans sa chambre d’hôtel”. Pour lui, ces “événements ne se sont jamais déroulés”. L’avocate a par ailleurs notifié que sa cliente avait passé avec succès un test au détecteur de mensonges.

Elle accepte de retirer sa plainte s’il se rétracte

Quand elle a déposé plainte à New York, Summer Zervos a affirmé que le milliardaire s’était servi de sa position de pouvoir pour la “dénigrer” elle, et “d’autres femmes” et leur “nuire intentionnellement”. Elle avait demandé au président élu de revenir sur ses déclarations à son égard, lors d’une conférence de presse il y a deux mois. Mais il a refusé. Alors, la plaignante explique :

Il ne m’a pas laissé d’autre alternative que de le poursuivre pour défendre ma réputation.

Mais Summer Zervos l’assure aussi : elle est prête à “retirer sa plainte immédiatement sans compensation financière” si Donald Trump rétracte “ses fausses déclarations”.

Donald Trump l’aurait accueillie en peignoir

Summer Zervos avait participé à l’émission de téléréalité, The Apprentice, animée de 2003 à 2015 par Donald Trump. Mais la jeune femme avait été éliminée. Elle avait cependant gardé contact avec le “présentateur”, espérant pouvoir travailler avec lui. Elle explique avoir été invitée à déjeuner avec lui en 2007. A la place du repas, elle aurait été dirigée vers une chambre de l’hôtel. Donald Trump l’aurait accueillie en peignoir. Il l’aurait embrassée et lui aurait touché la poitrine contre son gré, se frottant contre elle avant que Summer Zervos ne s’échappe.

Ce n’est pas la première fois que Donald Trump est accusé d’agression sexuelle et de comportements abusifs avec des femmes. Ce même homme se vantait lors d’une conversation enregistrée en 2005 :

Quand vous êtes une star, vous pouvez les attraper par la chatte.

D’ailleurs, quand cette affaire est sortie en octobre dernier, le républicain Mitt Romney a estimé que les propos de Trump faisaient “l’apologie des agressions sexuelles”.

Publié le jeudi 19 janvier 2017 à 11:41, modifications jeudi 19 janvier 2017 à 10:14

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !