Monde

Dix arrestations après l’assassinat de Daphne Caruana Galizia à Malte

Dix personnes ont été arrêtées en ce début de semaine dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia à Malte. Cette blogueuse, dont les articles dérangeaient le pouvoir en place à Malte, est morte lors de l’explosion d’une bombe placée sous sa voiture, en octobre dernier.

Dix personnes ont été interpellées lundi à Malte. Elles sont soupçonnées d’être impliquées dans l’assassinat de la journaliste et blogueuse Daphne Caruana Galizia, survenu en octobre dernier. Cette information a été communiquée par le Premier ministre maltais, Joseph Muscat.

J’ai été informé d’une opération de sécurité menée ce matin. Au cours de cette opération, huit personnes ont été arrêtées, soupçonnées d’être impliquées dans le meurtre. Je voudrais insister sur l’engagement de l’État et sur mon engagement personnel à faire en sorte que les éventuels commanditaires et les auteurs de ce crime soient jugés.

L’enquête progresse enfin sur la mort de la journaliste maltaise

Joseph Muscat a ajouté sur Twitter que deux autres personnes avaient été arrêtées et que des perquisitions étaient en cours. Le Premier ministre a rappelé que les enquêteurs maltais avaient bénéficié de l’aide de la police fédérale américaine (FBI), d’Europol et de la police finlandaise. Les suspects ont été placés en garde à vue. La police dispose de 48 heures pour décider de les déférer en justice. Les forces de l’ordre devraient fournir plus d’informations à la presse dans les heures qui viennent.

Les révélations embarrassantes de Daphne Caruana Galizia

La journaliste Daphne Caruana Galizia dénonçait la corruption à Malte à travers de nombreux articles publiés sur son blog. Elle était âgée de 53 ans. Daphne Caruana Galizia était qualifiée de « Wikileaks, à elle toute seule ». Elle avait notamment révélé certains des pans les plus sombres de la politique maltaise. La blogeuse et journaliste avait ainsi dénoncé les pratiques et l’attitude du Premier ministre Jospeh Muscat. Daphne Caruana Galizia avait également pointé du doigt le chef de l’opposition, Adrian Della.

Elle a débuté sa carrière de journaliste au sein de la rédaction du Sunday Times of Malta. A 44 ans, elle a ouvert un blog dédié à l’investigation, Running commentary. Certaines de ses enquêtes sont lues par plus de 400 000 personnes, des chiffres presque équivalents à la totalité de la population de Malte !

Les investigations de Daphne Caruana Galizia

Dans le cadre des Panama Papers, Daphne Caruana Galizia a révélé que le premier ministre, Joseph Muscat, son épouse ainsi que le ministre de l’énergie détiendraient des comptes offshore au Panama. Joseph Muscat a porté plainte contre la journaliste. Suite à ces révélations, en juin 2017, le Premier ministre est contraint d’organiser des élections anticipées.

En août, elle accuse le leader de l’opposition, Adrian Della, de détenir un compte à Jersey. Ce compte serait alimenté par des fonds liés à la prostitution à Londres. Les autorités et le pouvoir maltais étaient accusés de dérives mafieuses suite aux écrits et aux investigations de Daphne Caruana Galizia. Début octobre, la journaliste avait signalé à la police être victime de menaces. Le 16 octobre 2017, Daphne Caruana Galizia est tuée lors de l’implosion de sa voiture. L’explosion a été si violente que le véhicule a été projeté dans un champ voisin.

La colère d’un fils

Matthew Caruana Galizia, le fils de la journaliste, a accusé le gouvernement de complicité dans un message publié sur Facebook en octobre dernier.

Vous êtes complices, vous êtes responsables de ça. Je n’oublierai jamais comment j’ai couru autour du brasier dans le champ, en essayant d’ouvrir la porte alors que le klaxon sonnait encore. […] J’ai regardé par terre et j’ai vu le corps déchiqueté de ma mère. Voilà à quoi ressemble une guerre, et il faut que cela se sache. […] Nous sommes un peuple en guerre contre l’Etat et le crime organisé, qui ne se distinguent plus l’un de l’autre.

Alors que RSF et les journalistes du monde entier se battent pour le droit à l’information et pour la possibilité d’exercer ce métier librement, les circonstances troubles de la mort de Daphne Caruana Galizia démontrent une nouvelle fois les très grands dangers encourus par les lanceurs d’alerte.

Publié le lundi 4 décembre 2017 à 16:54, modifications lundi 4 décembre 2017 à 16:10

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !