Monde

DAECH : Enlevé à l’âge de 11 ans cet enfant a vécu un véritable cauchemar

Enlevé par DAECH, ce jeune garçon témoigne et raconte ce qu’il a vécu pendant huit mois de captivité aux mains des extrémistes.

Ayman Sharaf Khaji n’a que onze ans, mais cela ne l’a pas empêché d’avoir déjà connu les plus grandes atrocités. En août 2015, le jeune garçon a été capturé par l’État islamique, ainsi qu’une autre centaine d’enfants kurdes. Aujourd’hui, l’enfant témoigne et raconte ce qu’il a vécu pendant sa séquestration.

Tout a commencé quand il a été enlevé avec sa famille dans la ville de Sinjar, en Irak. Dès le début, l’enfant a dû prêter allégeance à l’État islamique et a été envoyé dans un camp d’entraînement. Les hommes ont été réduits en esclavage et les femmes étaient régulièrement violées.

Ayman révèle également que les soldats urinaient dans l’eau qu’ils donnaient à boire aux enfants. Ils devaient se réveiller à quatre heures du matin tous les jours pour prier et ceux qui ne se réveillaient pas étaient battus. Les enfants étaient également victimes de violences physiques pour tout et pour rien. Une simple difficulté à lire ou à interpréter un passage du Coran pouvait représenter la mort. L’endoctrinement faisait également partie du programme de formation des jeunes destinés à se faire exploser.

Ayman a finalement été transféré dans un autre camp et a réussi à s’échapper plus tard. Le petit garçon raconte que pendant la journée il restait immobile, caché, sans eau ni nourriture, et seulement quand la nuit tombait, il pouvait se déplacer. Ce n’est que quand il a réussi à atteindre la ville de Dohouk, qu’il a réussi à s’extirper des griffes des extrémistes.

Même si aujourd’hui il est libre d’abus, Ayman continue d’être hanté par la terreur vécue. Son rêve est d’obtenir le statut de réfugié et de commencer une nouvelle vie en Allemagne.

Publié le jeudi 7 avril 2016 à 10:53, modifications vendredi 15 avril 2016 à 10:35

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !