Monde

Crise Alimentaire : 113 millions de personnes sont en « état d’insécurité alimentaire aiguë »

Le rapport mondial sur les crises alimentaires 2019 de la FAO, ont publié ce mardi à Bruxelles un rapport alarmant. Plus de 113 millions de personnes dans 53 pays sont en état » d’insécurité alimentaire aiguë » en 2018.

Les pays africain sont touchés de manière disproportionnées par la faim aiguë. Le Yémen, la République Démocratique du Congo, l’Afghanistan, l’Ethiopie, la Syrie, le Soudan, et la partie Nord du Nigéria sont les huit pays au monde subissant gravement les pires crises alimentaires selon le rapport.

Jusqu’à 80% des populations concernées dépendent de l’agriculture

« Jusqu’à 80% des populations » des pays au bord de la famine dépendent de l’agriculture explique à l’ AFP Dominique Burgeon, chef des urgences de l’Agence des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, FAO.

Il faut leur apporter à la fois une aide humanitaire d’urgence pour se nourrir et des moyens d’existence en relançant l’agriculture

et la production d’aliments, selon lui.

Pour 2019, le rapport alerte sur la situation des pays voisins de conflits. Ces pays accueillent très souvent des réfugiés et se retrouvent à leur tour en difficulté alimentaire.

En particulier en Egypte, en Jordanie, au Liban et en Turquie où sont accueillis des réfugiés syriens, au Bangladesh où arrivent des Rohingya venus du Myanmar, en Ouganda qui héberge des réfugiés du Soudan du sud et de la République démocratique du Congo, au Cameroun et au Burundi où parviennent les réfugiés de République centrafricaine et de RD Congo, en Colombie, en Equateur et au Pérou où affluent les migrants vénézuéliens.

indique le rapport, en citant aussi

les pays autour du lac Tchad en Afrique où se réfugient « les populations chassées par les violences liées à Boko Haram .

Les conflits restent la cause principale de l’insécurité alimentaire, environ 74 millions de personnes sont confrontée à la faim aiguë. Un chiffre qui reste stable par rapport à l’année 2017. En 2018, le nombre de personnes au bord de la famine par rapport à 2017 (124 millions) a un peu baissé mais cela reste un épiphonème. Dominique Bourgeon explique que cela est dû à l’absence du phénomène El Nino.

C’est dû à l’absence du phénomène météo El Nino, qui avait beaucoup affecté les récoltes en Afrique australe et en Asie du sud-est en 2017 .

En raison des violents cyclones et ouragans au Mozambique et au Malawi cette année, on sait déjà que ces pays-là seront dans le rapport de l’an prochain.

a-t-il prédit.

Publié le mardi 2 avril 2019 à 12:52, modifications mardi 2 avril 2019 à 12:52

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !

En direct