Monde

Chapecoense : 76 morts dans le crash d’avion, décryptage

Chapecoense, du rêve au cauchemar

Un avion transportant l’équipe brésilienne de football de Chapecoense s’est écrasé dans le centre de la Colombie suite à des pannes électriques, faisant 76 morts et cinq rescapés.

Un British Aerospace 146 de la compagnie bolivienne Lamia transportant au total 81 personnes, 72 passagers et neuf membres d’équipage, s’est écrasé. Le crash a eu lieu dans la nuit de lundi 28 à mardi 29 novembre. En effet, l’avion s’est abîmé dans une zone montagneuse du secteur du Cerro Gordo, sur la commune de La Union. Cette dernière se situe à environ 50 km de Medellin, la deuxième ville de Colombie. Il comptait à son bord l’équipe de football Chapecoense.

Selon le rapport que nous avons, l’avion a été porté disparu à 21h30 (02H30 heure française ce mardi) et l’accident a été enregistré à 22H34 (04H34 heure française ce mardi.

A annoncé à l’AFP un porte-parole de l’aéronautique civile, qui a mis en place un poste de commandement unifié à l’aéroport de Medellin pour gérer la situation.

Un terrible accident

De plus, cinq personnes ont pu être secourues et 25 cadavres récupérés dans une “zone d’accès très difficile”, a déclaré Elkin Osorio, le maire de La Ceja, la municipalité voisine du lieu de l’accident. Ce dernier s’est exprimé au micro de Blu Radio, ajoutant :

Apparemment, l’avion est tombé en panne sèche.

Fait notable, les joueurs de l’équipe de football brésilienne de Chapecoense faisaient partie des 81 passagers de l’avion.

Selon les médias brésiliens, trois joueurs figureraient parmi les six survivants annoncés par l’aéroport de José Maria Cordova de Rionegro.

Les membres du club se dirigeaient vers Medellín. Ils devaient affronter le club colombien de l’Atlético Nacional, jeudi 1er décembre. Il devait s’agir du match aller de la finale de la Copa Sud-Americana, l’équivalent de la Ligue Europa.

En effet, c’était là une grande première pour cette équipe brésilienne, fondée en 1973. Le club avait été promu en 1ere division pour la première fois en 2014. Dans cet équivalent de la Ligue Europa, Chapecoense faisait figure de belle surprise. C’est d’ailleurs ce qui lui a valu le surnom de « Leicester brésilien ».

Alors que le Brésil a décrété trois jours de deuil national, l’adversaire de l’équipe brésilienne, l’Atlético Nacional, aurait demandé à la Fédération Sud-américaine de remettre le titre de cette année à Chapecoense.

Publié le mercredi 30 novembre 2016 à 12:23, modifications jeudi 1 décembre 2016 à 0:54

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !