Monde

Coup de filet dans le milieu islamiste à Barcelone avec un possible lien avec les attentats de Bruxelles

Une importante opération des forces de l’ordre a été menée en Espagne en ce mardi 25 avril. La police espagnole a ainsi annoncé avoir arrêté huit Marocains et mené des perquisitions dans douze propriétés dans le cadre d’une vaste opération contre les milieux islamistes. Cette intervention a été menée dans la région de Barcelone.

Selon des révélations de la rédaction de 7sur7.be et du Figaro, un important coup de filet a été mené en ce mardi 25 avril en Espagne. Cette opération a été menée par la police espagnole en partenariat avec la justice et les services de sécurité belges. Ces arrestations nombreuses ont toutes été menées dans la région de Barcelone. Ces opérations de police impressionnantes interviennent après huit mois d’enquête.

Coup de filet dans les milieux islamistes en Espagne

Une véritable cellule islamiste en lien avec le crime organisé de la région barcelonaise aurait été démantelée. D’après des chiffres communiqués par le ministère de l’Intérieur espagnol, 22 individus liés à l’islamisme radical ont été arrêtée au cours de 16 opérations différentes depuis le début de l’année en Espagne.

Une enquête liée aux attentats de Bruxelles ?

Les arrestations menées en ce mardi 25 avril pourraient être en lien avec l’enquête sur les attentats de Bruxelles. Quatre des personnes arrêtées en Espagne sont notamment suspectées d’être liées aux attentats de Bruxelles de mars 2016. Ces attentats terroristes au cœur de la Belgique avaient fait 32 morts.

Un porte-parole de la police régionale catalane se serait confié à l’AFP sur ces arrestations.

Quatre détenus ont des liens avec des personnes interpellées pour les attentats commis dans le métro et à l’aéroport de Bruxelles.

Selon les médias espagnols, les huit personnes arrêtées mardi sont d’origine marocaine. Ils vivaient tous en Catalogne.

L’efficacité des enquêteurs européens contre les filières terroristes

Ce vaste coup de filet démontre l’efficacité de la collaboration et des échanges de renseignements entre les différents services à l’échelon européen. La police catalane, la police nationale espagnole et la police fédérale belge ont en effet participé à cette opération de grande envergure.

Les enquêteurs, avec l’appui de la justice belge, ont pu mettre à jour des indices qui pourraient établir l’appartenance des « personnes arrêtées à des organisations terroristes djihadistes ». Ces informations ont été transmises par la police catalane dans un communiqué.

Une importante cellule démantelée dans la région de Barcelone

Une douzaine de perquisitions se sont donc déroulées dans la région de Barcelone dans la matinée de mardi. Les localités concernées sont les communes de Barcelone, L’Hospitalet de Llobregat, Santa Coloma de Gramenet, Ripollet, Cornellà de Llobregat et Masquefa. Ces sites sont tous situés dans la province de Barcelone.

Selon un communiqué de la police catalane, l’opération menée mardi fait suite à l’identification d’un

groupe organisé lié au terrorisme de type djihadiste. L’ampleur de l’opération a mené les services antiterroristes à informer le Centre national d’intelligence de l’évolution de l’affaire.

L’enquête ne fait que débuter

L’enquête, toujours en cours, est notamment menée sous la direction d’un juge d’instruction de l’Audience nationale. Cette haute juridiction espagnole est basée à Madrid. Elle est chargée des affaires complexes, notamment de terrorisme.

Ce coup de filet de grande ampleur a sans doute permis de déjouer un attentat imminent en Espagne. Les familles des victimes des attentats de Bruxelles devraient donc obtenir des réponses dans les mois qui viennent grâce à cette enquête menée en Espagne.

Publié le mardi 25 avril 2017 à 15:56, modifications mardi 25 avril 2017 à 15:48

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !