Monde

Les corridas avec mise à mort désormais interdites aux Îles Baléares

La corrida est une tradition ancestrale espagnole, mais elle semble remise en cause. La preuve avec la décision qui vient d’être prise aux Îles Baléares…

Depuis quelques mois, la Corrida est au centre de toutes les attentions. Certains défendent haut et fort cette tradition ancestrale, mais nombreux sont ceux à crier au scandale, estimant qu’il faut que la maltraitance des taureaux cesse, une bonne fois pour toute.

Il faut en effet savoir que les taureaux souffrent le martyr avant d’être sauvagement tués dans l’arène, devant les spectateurs hilares. On constate certaines avancées à ce sujet, notamment aux Baléares. En effet, l’archipel a voté, ce lundi 24 juillet, une loi de protection des animaux. Et vous allez voir que c’est une très bonne nouvelle pour nos amis les taureaux !

Une loi de protection animale

En effet, ce lundi 24 juillet, le Parlement régional de l’archipel des Baléares a pris une décision historique. Les hommes et les femmes politiques ont voté une loi de protection animale. Il s’agit d’interdire la mise à mort des taureaux lors des Corridas.

C’est la coalition de gauche qui est à l’origine du texte. Il permet aux toréros de s’amuser avec les bêtes, mais pendant seulement dix minutes. Ils sont munis de leur cape, mais n’ont le droit à aucun instrument pointu qui pourrait blesser l’animal, ou pire, le tuer. En gros, il s’agit de respecter l’animal tout en poursuivant cette tradition qui se veut festive et qui est ancré dans l’histoire espagnole.

Pas de dopage

Le texte de loi précise également que les toréros et les taureaux seront soumis à des contrôles antidopages, avant et après le spectacle. Il précise également qu’il faut avoir minimum dix-huit ans pour pouvoir assister à la Corrida.

C’est donc une avancée essentielle qui a été votée aux Baléares. L’archipel a souhaité contourner la jurisprudence de la Cour constitutionnelle espagnole, qui avait annulé à la fin de l’année 2016 l’interdiction de la tauromachie en Catalogne.

Il faut en effet savoir que la Corrida est un sujet extrêmement sensible. Le débat fait rage depuis des années entre les partisans de cette fête nationale et traditionnelle inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’Espagne, et ceux qui défendent corps et âmes les animaux. L’Etat semble vouloir conserver la tradition

Alors le Parlement des Îles Baléares a trouvé cette solution. On maintient la Corrida mais on arrête de faire souffrir l’animal. Un compromis qui semble satisfaire pas mal de monde… Du moins en apparence ! Car certains s’opposent fermement au texte, comme par exemple le parti Populaire, qui estime que la loi est illégale et qu’elle sera censurée par la justice.

Ce n’est pourtant pas une interdiction, comme le craignaient les défenseurs de la Corrida. En revanche, certains hommes politiques du parti Populaire affirment que c’est une interdiction déguisée. Car le spectacle n’aura plus rien à voir avec celui qui existe depuis si longtemps. Ils parlent de spectacle défiguré. Encore faut-il parler de spectacle lorsqu’on voit un taureau se faire massacrer et souffrir pour le simple plaisir…

Une victoire importante

Cependant, ce texte représente une belle victoire pour tous ceux qui défendent les animaux. EN effet, on constate enfin une avancée dans le débat sur la Corrida. D’ailleurs, l’ONG américaine de défense des droits des animaux, Humane Society International, a tenu à saluer la décision prise par le Parlement des Îles Baléares. Cette dernière estime que c’est une victoire très satisfaisante et a félicité les partis de la majorité. Elle a également rappelé que la torture des taureaux pour divertir un public devait être renvoyée dans les annales de l’histoire des Baléares, et ce de manière définitive.

D’ailleurs, les Baléares ne sont pas les seuls à avoir abordé ce délicat sujet. On sait par exemple que les Canaries sont la seule région espagnole dans laquelle la Corrida est interdite depuis 1991. Les choses avancent donc, petit à petit.

Une nette diminution

Les Espagnols aussi sont moins friands des Corridas qu’un temps. Ils sont de plus en plus sensibles à la cause animale, et le parti politique qui défend les animaux gagne chaque fois du terrain lors des élections.

On constate également que le nombre de Corridas en Espagne n’a cessé de diminuer ces dernières années. Ainsi, on comptait 475 Corridas en 2012. On en compte plus de 386 en 2016, d’après le Ministère de la Culture. Cependant, les fêtes populaires issues des traditions locales ont quant à elles augmentées.

Il est donc tout à fait possible de célébrer la tradition sans pour autant faire souffrir et tuer un animal qui n’a rien demandé à personne, et ce pour le simple plaisir d’un public. Cette tradition semble dépassée et il est grand temps de passer à autre chose. La décision prise par les Îles Baléares est extrêmement symbolique, et pourrait ouvrir la voie à d’autres avancées de ce type. On l’espère fortement, et on ne peut que féliciter les hommes et les femmes politiques qui ont voté en faveur de cette loi.

Que pensez-vous de cette décision ? On attend vos avis sur ce délicat sujet !

Publié le mardi 25 juillet 2017 à 11:03, modifications mardi 25 juillet 2017 à 7:59

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

2 Commentaires