Monde

Corée du Sud : La présidente s’explique sur les achats massifs de Viagra

En pleine affaire de corruption, la présidente sud-coréenne Geun-Hye Park a dû s’expliquer sur l’achat massif pilules de Viagra.

364 pilules bleues servant à traiter les troubles de l’érection, dont la marque Viagra et la version générique de ce médicament : c’est le montant de la commande passée en décembre 2015 par le cabinet de la présidente sud-coréenne Geun-Hye Park. Une quantité suffisamment considérable pour mettre la puce à l’oreille du principal parti d’opposition, le Democratic Party of Korea, qui a demandé des éclaircissements au Service d’évaluation et d’analyse d’assurance santé (HIRA).

Ce scandale à rebondissements fait les choux gras des médias sud-coréens qui s’intéressent en particulier à la vie privée de la chef de l’Etat, qui à 64 ans, n’est pas mariée et à qui on ne connaît pas de conjoint. De plus, les journaux ont porté leur attention sur ses liens d’amitié avec Choi Soon-Sil, une sulfureuse confidente de l’ombre arrêtée début novembre pour fraude et abus de pouvoir pour avoir soutiré des fonds aux conglomérats du pays, ainsi que le père de cette dernière, un mystérieux chef religieux aujourd’hui décédé.

Au beau milieu de la tempête médiatique déclenchée par cette révélation, le porte-parole de Geun-Hye Park a expliqué que ces achats avaient été fait pour parer au mal des montagnes lors d’un voyage présidentiel en mai 2015 dans des pays africains de haute altitude, dont l’Éthiopie, l’Ouganda et le Kenya (dont les trois capitales se trouvent sur des plateaux de haute altitude)

Nous les avons achetées pour ce voyage mais nous ne les avons pas utilisées

A ainsi déclaré Jung Youn-Kuk à la presse, soulignant que ces médicaments avait pour autre indication thérapeutique le traitement des symptômes liés à la haute altitude.

Les services présidentiels auraient également acheté ces dernières années des centaines d’extraits de placentas humains et de vitamines injectables, utilisés couramment pour la désintoxication et la lutte contre le vieillissement. Le porte-parole présidentiel a déclaré que ces injections étaient destinées aux employés de la présidence et aux gardes du corps de la Présidente Park.

Les enquêteurs du parquet cherchent à savoir si la chef d’Etat s’est fait prescrire différents médicaments sous le nom de Choi Soon-Sil dans des cliniques privées, à l’insu du personnel médical de la présidence.

Selon le Korea Herald, à force de scandales, les démissions s’enchaînent au gouvernement alors que Geun-Hye Park est toujours plus isolée face à la perspective d’une procédure de destitution.

Publié le jeudi 24 novembre 2016 à 9:03, modifications mercredi 23 novembre 2016 à 21:39

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !