Monde

Corée du Nord : de nouvelles résolutions drastiques soumises au Conseil de sécurité de l’ONU

Les États-Unis veulent noyer la Corée du Nord sous les sanctions

STORY - Episode 31/35

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Les Etats-Unis ont sommé le Conseil de sécurité de l’ONU d’adopter ce lundi 11 septembre de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord. Pourtant, il devrait s’agir de sanctions moins drastiques que demandées. Les États-Unis ayant dû composer avec Moscou et Pékin.

Les États-Unis ont informé le Conseil de sécurité de l’ONU qu’ils voulaient une réunion lundi. Pour voter sur un projet de résolution. Afin d’imposer des sanctions supplémentaires à la Corée du Nord.

A indiqué un communiqué de la mission américaine.

Des embargos en chaîne

Profitant de la vive inquiétude après le test d’une puissante charge nucléaire en Corée du Nord, les Etats-Unis veulent tenter de faire voter dans l’urgence par le conseil de sécurité une série de mesures. Toutes extrêmement pénalisantes contre l’Etat nord-coréen.

Si ce type de résolution nécessite habituellement des semaines de négociations entre les grandes puissances, la Maison Blanche veut croire qu’elle pourra faire adopter le texte après seulement six jours de pourparlers. Initialement, les diplomates américains souhaitaient mettre en place un embargo total sur les livraisons à la Corée du Nord de pétrole, de produits pétroliers et de gaz naturel.

Ils voulaient aussi interdire toutes les exportations de produits textile nord-coréens. Bannir l’emploi à l’étranger de travailleurs nord-coréens reversant leurs revenus au régime. Et interdire les coentreprises avec des sociétés nord-coréennes.

La première version de la résolution prévoyait également d’organiser l’inspection par la force en mer d’une dizaine de navires suspects travaillant régulièrement avec le Nord. Ainsi que de geler les avoirs du dirigeant Kim Jong-Un. Cependant, selon BFM-TV, l’administration Trump devra toutefois accepter, dans les prochaines heures, de revenir sur plusieurs de ces mesures. Celles-ci ne sont soutenues ni par Pékin ni par Moscou.

En effet, pour être adoptée, la résolution doit réunir neuf votes en sa faveur. Mais également éviter le veto des cinq membres permanents du Conseil de sécurité (Chine, Russie, États-Unis, France et Royaume-Uni).

Opposition de la Chine et de la Russie

Or, lors d’une réunion d’experts vendredi 8 septembre, des membres du Conseil de sécurité, la Russie et la Chine se sont opposées à l’ensemble des mesures sauf sur le textile.

À ce stade, je vois mal un veto. Et je pense qu’on arrivera à un accord car tout le monde, Washington compris, a montré sa volonté de négocier.

A indiqué un spécialiste du dossier sous couvert d’anonymat.

En outre, les administrations de Poutine et Xi Jinping n’ont cessé de répéter que des sanctions isolées ne servent à rien. A l’inverse, elles ont incité l’ONU à ouvrir un dialogue avec le régime nord-coréen.

A maintes reprises, le président russe Vladimir Poutine a martelé que la stratégie de l’accumulation de sanctions avait, selon lui, prouvé son inefficacité.

Il est impossible de les intimider.

Pouvait-on lire dans Le Monde. Une déclaration faite en marge d’une rencontre avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le président sud-coréen Moon Jae-in.

Mais je suis convaincu qu’on pourra éviter un conflit à grande échelle faisant recours aux armes de destruction massive dans la région. Et que nous pourrons régler le problème par des moyens diplomatiques.

Dans une étude récente publiée sur son site le 5 septembre dernier, le think-tank Nautilus Institute expliquait qu’un arrêt des livraisons de brut et de produits raffinés au pays ermite aurait un impact sévère sur la vie économique nord-coréenne. Et donc sur la qualité de vie de la population.

Néanmoins, cela n’aurait que des conséquences limitées sur les programmes des militaires du pays. En effet, la Corée du Nord a alimenté massivement ses réserves de pétrole ces derniers mois, en anticipant de nouvelles sanctions.

Publié le lundi 11 septembre 2017 à 15:43, modifications lundi 11 septembre 2017 à 15:44

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !