Monde

Corée du Nord : Trump en première ligne pour éliminer la « menace nucléaire »

Lundi, la nouvelle selon laquelle l’armée américaine avait envoyé un porte-avions près de la péninsule coréenne fait la une de tous les médias. Une décision confirmée par H.R. McMaster, le conseiller à la sécurité nationale US, qui a également souligné que Donald Trump étudiait “toutes les options pour lever la menace” venue de Corée du Nord.

STORY - Episode 10/30

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Une chose est sûre : depuis son accession au pouvoir, Donald Trump ne chôme pas. Et pour cause, après avoir ordonné une attaque ciblée sur la Syrie, la semaine dernière, le président américain a décidé de prendre le dossier de la Corée du Nord très au sérieux.

Ainsi, lundi, on apprenait qu’un porte-avions US naviguait en direction de la péninsule coréenne. Le but de cette manœuvre ? Dissuader le pays de Kim Jong-Un de procéder à de nouveaux tests de missiles. Selon H.R. McMaster, le conseiller à la sécurité nationale américaine, la menace est réelle. Ce dernier affirme notamment :

Le président leur a demandé d’être prêts à nous donner un éventail complet d’options pour lever cette menace contre le peuple américain et contre nos alliés et partenaires dans la région.

LES USA EN PREMIÈRE LIGNE

Autre information révélée par Rex Tillerson, le chef de la diplomatie américaine : l’opération menée en Syrie aurait également pour but de montrer à Pyongyang la capacités d’action des États-Unis. Le haut fonctionnaire précise ainsi sur ABC :

Le message que tous les pays peuvent en tirer est que si vous violez le droit international, si vous violez les accord internationaux, si vous ne respectez pas les engagements, si vous devenez une menace pour les autres, à un moment une réponse sera probablement apportée.

Selon certaines rumeurs, les USA envisageraient d’assassiner le dirigeant nord-coréen. Une supposition vivement rejetée par Rex Tillerson, qui déclare :

Je ne suis au courant d’aucun plan de cette nature. Nous n’avons pas l’intention de changer le régime en Corée du Nord. Ce n’est pas notre objectif et donc les raisons justifiant le développement d’un programme nucléaire en Corée du Nord ne sont tout simplement pas crédibles.

L’opération militaire est menée par le porte-avions USS Carl Vinson. Celui-ci devrait arriver à destination dans quelques jours.

Publié le mardi 11 avril 2017 à 10:24, modifications lundi 4 septembre 2017 à 14:55

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

-->

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet
Vers le top