Monde

Conseil des droits de l’Homme : Les Etats-Unis se retirent, la Russie se porte candidate

Nikki Haley, la représentante américaine auprès des Nations unies a officialisé la décision de la Maison Blanche de se retirer du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU. Elle juge notamment que l’instance est partiale envers Israël.

Les Etats-Unis ont mis leur menace à exécution. Mardi 19 juin, Nikki Haley, l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, a annoncé que les Etats-Unis se retiraient du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Le mandat des États-Unis au CDH expirait pourtant le 31 décembre 2019.

Nous prenons cette mesure parce que notre engagement ne nous permet pas de continuer à faire partie d’une organisation hypocrite et servant ses propres intérêts. Elle fait des droits de l’Homme un sujet de moquerie.

A-t-elle expliqué, aux côtés du secrétaire d’État Mike Pompeo.

Une décision en faveur d’Israël

Pourtant, le retrait américain de l’institution basée à Genève n’est pas une surprise. En effet, il a longtemps été brandi comme une menace par la Maison Blanche. Déjà, en juin 2017, Nikki Haley avait appelé à une profonde réforme de l’organe principal du système onusien en matière de droits de l’Homme.

Hasard du calendrier, cette annonce intervient au lendemain de vives critiques du Haut-Commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, contre la politique « inadmissible » et « cruelle » des autorités américaines de séparation d’enfants de leurs parents sans-papiers à la frontière mexicaine. Toutefois, Nikki Haley et Mike Pompeo ont assuré que la décision était uniquement motivée par l’échec des tentatives de réforme du CDH.

Pour mémoire, le CDH a été créé en 2006 pour promouvoir et protéger les droits humains à travers le monde. Toutefois, ses rapports ont souvent contredit les stratégies géopolitiques américaines. Pour exemple, le fait qu’Israël soit le seul pays au monde ayant un point fixe (appelé point 7) à l’ordre du jour de chaque session, soit trois fois par an, ne cesse de provoquer l’ire des États-Unis.

Depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, les Etats-Unis se sont déjà retirés de l’Unesco. De l’Accord de Paris sur le climat. De l’accord nucléaire avec l’Iran. Ils ont aussi mis fin à plusieurs financements destinés à des organes de l’ONU. A noter enfin, le départ des États-Unis du Conseil des droits de l’homme n’est pas une première. En effet, au début des années 2000, l’administration du républicain George W. Bush avait déjà boycotté le CDH. Finalement c’est le démocrate Barack Obama qui avait fait participer de nouveau les Etats-Unis.

La Russie se porte candidate

Ce coup de tonnerre a aussitôt été dénoncé par des organisations de défense des droits humains.

Cette décision va mettre le pays en marge des initiatives mondiales cruciales pour défendre les droits de l’Homme.

A ainsi déploré l’ONG Human Rights Watch.

De son côté, la mission permanente russe auprès des Nations Unies a commenté le retrait des États-Unis du Conseil des droits de l’Homme (CDH). Elle a dénoncé cette décision de quitter l’organe, évoquant le «mépris» de Washington pour les droits de l’homme.

Les Etats-Unis ont une nouvelle fois porté un grave coup à leur réputation de défenseurs des droits de l’homme. Ils ont montré leur mépris pour l’ONU et ses structures.

A déclaré lors d’une conférence de presse la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Ainsi, sur une information de RT France, suite au retrait des États-Unis, la Russie a présenté sa candidature pour la période 2021-2023.

En octobre 2016, la Russie, qui prétendait à une place pour la zone Europe de l’Est, avait échoué à se maintenir au CDH. Elle n’avait obtenu que 112 soutiens parmi les 193 pays membres des Nations unies. Dans le même temps, l’Arabie saoudite, allié fidèle des Etats-Unis, était réélue pour représenter en matière de droits de l’homme le continent asiatique. Cette décision avait suscité une vive polémique.

Publié le jeudi 21 juin 2018 à 10:37, modifications jeudi 21 juin 2018 à 10:00

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !