Monde

Chine : Les étudiantes doivent se dénuder pour obtenir un prêt

Certains prêteurs chinois exigent des selfies dénudés aux étudiantes comme garantie bancaire. Si le prêt n’est pas remboursé, les photos seront publiées sur le net.

Les études universitaires coûtent très cher en Chine et seules quelques étudiantes peuvent se permettre de se payer des études. Du coup, bon nombre d’entre elles sollicitent des prêts sur des plateformes en ligne en contrepartie de photos d’elles, nues. Et la méthode fait scandale.

En effet, les plateformes en ligne comme Jiedaibao exigent des étudiantes des photos nues tenant leur carte d’identité à la main pour qu’elles soient immédiatement reconnaissables. Les conditions sont assez claires : sans remboursement du prêt, le selfie sera publié sur des sites pornographiques ou transmis aux parents.

Le Beijing Youth Daily a été alerté par une étudiante de la province du Jiangsu, qui a expliqué au journal qu’elle voulait monter un petit business et qu’elle avait accepté de fournir des photos d’elle nue à des usuriers en échange de 120 000 yuans, soit l’équivalent de 16 000 euros.

En quelques mois, la dette avait plus que doublé et les prêteurs ont commencé à la menacer. Pour s’en sortir, elle a dû demander à sa famille de l’aide pour le remboursement. Malheureusement, aujourd’hui, elle craint que ses usuriers publient tout de même ses photos sur des sites pour adultes.

Depuis que ces pratiques ont été dévoilées, les réactions sur Internet se sont multipliées. De nombreux internautes condamnent l’absence de réaction de l’autorité de régulation, et du gouvernement chinois dans son ensemble.

Contacté par The Guardian, un porte-parole de la plateforme Jiedaibao a condamné les « prêts nus » et expliqué que la compagnie allait travailler avec la police pour mener à bien l’enquête sur ces pratiques.

Publié le lundi 20 juin 2016 à 11:50, modifications lundi 20 juin 2016 à 11:51

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !