Monde

Chine : un enfant urine dans un ascenseur et c’est une très mauvaise idée

La scène qui a été captée par des caméras de surveille est abondamment commentée et pourrait avoir de sérieuses conséquences.

La scène a été capturée par une caméra de surveillance. Un enfant, dans un ascenseur qui urine en visant les boutons. Mais, problème, la cabine se bloque ! Une mauvaise histoire pour l’enfant qui s’est retrouvée propulsé sur les réseaux sociaux par le gouvernement lui-même.

La panique de l’enfant

Ce sont quelques instants qui font avant tout sourire. Un humour anodin, un peu vachard, mais enfantin. Le 23 février à Chongqinq, un enfant se retrouve seul dans un ascenseur. Sans doute décidé à faire une mauvaise blague, il se met à uriner sur tous les boutons. Précisons-le, il fait les choses complètement. Aucun d’entre eux ne semble avoir été oublié. Puis, il attend que les portes s’ouvrent.

Problème… elles s’ouvrent mais se referment aussi immédiatement. Tout se met alors à clignoter et on sent que l’enfant panique. Il appuie sur tous les boutons en espérant débloquer la situation et pouvoir s’échapper de là. La vidéo postée sur le réseau social chinois Weibo a fait un carton. 12 millions de visionnages, plus de 20.000 commentaires… Bref, l’enfant est une petite star en Chine.

“Son éducation est une honte”

Une star ? Pas vraiment en fait. Cette histoire est transformée en un véritable cas d’école par le gouvernement chinois dans sa propagande. Il faut tout d’abord savoir que c’est celui-ci qui a décidé de mettre en ligne la vidéo. Dans un communiqué, le ministère chinois de l’Intérieur explique ainsi : “Il a provoqué un court-circuit. Les portes de l’ascenseur ne pouvaient plus s’ouvrir. L’enfant s’est trouvé pris au piège avant d’être secouru. S’il vous plaît, éduquez vos enfants et occupez-vous d’eux ! ”

La seule bonne nouvelle, c’est que l’identité de l’enfant n’a pas été communiquée. Mais, cela n’empêche pas les internautes de le critiquer vertement. “Son éducation est une honte” commente ainsi une internaute. Pour un autre, il faut que le “petit porc soit jeté dans la porcherie”. Du côté des parents, malgré la vidéo accablante, on nie les faits.

Mais surtout, cette histoire a relancé un débat plus large sur l’éducation dans le pays ce qui était sans aucun doute l’intention du gouvernement. C’est une remise en question de ce que les médias locaux nomment les “enfants ours”, des jeunes trop turbulents comme le soulignent nos confrères de Ouest-France. Tout serait la faute des méthodes alternatives et de la “happy education” qui sont aujourd’hui la norme. On ignore encore si des poursuites sont au programme.

Publié le jeudi 1 mars 2018 à 12:13, modifications jeudi 1 mars 2018 à 10:51

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !