Monde

Catalogne : Au tour du « non » à l’indépendance de s’exprimer

Une semaine après la victoire du oui, 350.000 personnes ont manifesté contre l’indépendance de la Catalogne

STORY - Episode 11/30

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Une semaine après la victoire du oui au référendum sur l’indépendance de la Catalogne, une nouvelle grande manifestation s’est tenue, dimanche 8 octobre. Cette fois, ce sont des centaines de milliers d’Espagnols hostiles à l’indépendance de cette région du nord-est de l’Espagne qui ont envahi les rues de Barcelone. De fait, ils étaient 350.000 selon la police municipale. Plus tôt, les organisateurs avaient revendiqué 930.000 à 950.000 participants.

Les banderoles brandies par les manifestants proclamaient « La Catalogne, c’est l’Espagne ». Ou encore, « Ensemble nous sommes plus forts ».

La majorité silencieuse

Ils se sont présentés comme la « majorité silencieuse » qui n’a pas eu voix depuis que les autorités indépendantistes ont organisé le scrutin. En outre, ils répondaient à l’appel de la Société civile catalane, un collectif anti-indépendantiste dont le mot d’ordre est « Ça suffit ! Retrouvons la sagesse ». Le rassemblement était soutenu par le Parti conservateur de Mariano Rajoy, le Parti socialiste catalan, ainsi que les Ciudadanos, la principale force d’opposition aux indépendantistes en Catalogne.

De très nombreuses personnes avaient fait le trajet depuis d’autres régions d’Espagne pour manifester contre l’indépendance. Y compris de Madrid où deux manifestations avaient déjà rassemblé samedi des dizaines de milliers d’Espagnols. L’une avait milité pour « l’unité » de l’Espagne. Quant à l’autre, elle prônait « le dialogue » entre les Catalans et le reste du pays. D’habitude peu enclin à manifester, il semble que la voie unilatérale empruntée par le gouvernement de Mariano Rajoy et de l’exécutif catalan a réveillé les oppositions. Or, pour la première fois dans le débat sur l’indépendance, cette « majorité silencieuse » a choisi de manifester aux côtés des socialistes catalans.

Dans la rue pour le dialogue

Or, estimant l’avoir emporté avec 90,18 % de “oui” à l’indépendance, les séparatistes menacent de faire sécession dans les jours qui viennent.

Nous ne voulons pas d’indépendance. Nous nous taisons depuis trop longtemps.

Expliquait Alejandro Marcos, peintre en bâtiment de 44 ans venu de Badalona, cité par The Huffington Post.

En effet, selon les sondages, si la majorité des Catalans réclament un référendum en bonne et due forme, un peu plus de la moitié sont opposés à l’indépendance de leur région. Dans les médias catalans, notamment sur la chaîne régionale TV3, les unionistes ne sont pas entendus. Certains dénoncent une hégémonie culturelle et médiatique des séparatistes.

Vers l’indépendance ?

Ainsi, la prochaine échéance dans cette crise politique majeure en Espagne aura lieu mardi 10 octobre. En effet, le président de l’exécutif autonome catalan, Carles Puigdemont, doit prendre la parole devant le Parlement régional. Comme il l’a annoncé, il devrait proclamer unilatéralement l’indépendance de la Catalogne en s’appuyant sur les résultats du référendum du 1er octobre.

Par ailleurs, dans un entretien accordé au quotidien El Pais, Mariano Rajoy, a réagi dimanche 8 octobre. Il a annoncé que son gouvernement pourrait utiliser les pouvoirs que lui confèrent la Constitution pour suspendre l’autonomie de la région. Et, ainsi l’empêcher de se séparer de l’Espagne. Dans la soirée, il a apporté son soutien aux manifestants dans un tweet :

Nous préserverons l’unité de l’Espagne. Vous n’êtes pas seuls.

Publié le lundi 9 octobre 2017 à 12:44, modifications mercredi 11 octobre 2017 à 9:55

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !