Monde

Catalogne : Un référendum sous haute tension

La police espagnole est intervenue avec force en Catalogne pour empêcher la tenue du référendum d’indépendance interdit.

STORY - Episode 15/30

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

En Catalogne, les habitants se sont levés très tôt ce dimanche 1er octobre, pour exprimer leur volonté d’indépendance de leur province dans un « referendum d’autodétermination ».

Ainsi, dès 5 heures du matin, des centaines de Catalans ont commencé à se masser devant les bureaux de vote à Barcelone et dans d’autres villes catalanes. Ils voulaient s’assurer de participer au scrutin, interdit par les autorités du pays.

Référendum interdit

En effet, le 6 septembre dernier, les indépendantistes majoritaires en Catalogne depuis septembre 2015 avaient convoqué ce référendum.

Et ce malgré l’interdiction de la Cour constitutionnelle et l’absence de consensus au sein de la société catalane.

Dans le même temps, les Catalans avaient majoritairement, à plus de 70%, exprimé leur souhait d’un référendum d’autodétermination légal et en accord avec l’Etat.

Or, depuis le 6 septembre ni les poursuites judiciaires ni les arrestations ou perquisitions n’ont dissuadé les indépendantistes d’organiser ce scrutin interdit.

Ainsi, À Barcelone, mais aussi à Figueras et Gérone, bastion du président séparatiste catalan Carles Puigdemont, les manifestants assuraient être présent de façon « pacifique ». Assurant simplement « protéger » les centres de vote.

Cependant, le président du gouvernement conservateur Mariano Rajoy, ainsi que la justice espagnole s’étaient préparés à faire bloquer l’accès aux bureaux de vote par les forces de l’ordre.

Ainsi, ils avaient mobilisé pas moins de 10.000 policiers et gardes civils.  

Une centaine de blessés

Des policiers anti-émeutes sont notamment entrés de force dimanche matin à Gérone dans le bureau où devait voter le président indépendantiste de Catalogne, Carles Puigdemont.

En outre, les forces de l’ordre ont été envoyées en renfort en Catalogne par Madrid, selon le journal El Pais.

En milieu de matinée, la police nationale et la garde civile sont intervenus pour empêcher la tenue du scrutin. Du matériel électoral, comme des urnes, ont été saisis.

La police a tiré des balles en caoutchouc sur les manifestants, selon des témoins.

Au moins 92 partisans de ce référendum ont été blessés dans des heurts avec la police. Deux d’entre eux ont été touchés grièvement. Un homme victime d’un infarctus et une personne atteinte à l’œil.

Au total, 465 personnes ont reçu une assistance médicale.

A déclaré une porte-parole des services de santé.

L’enjeu de ce référendum est de taille, car la Catalogne est l’un des moteurs de l’économie espagnole.

En effet, il s’agit de la première région exportatrice, en pointe sur l’industrie, la recherche et le tourisme.

Ainsi, la région, avec 19% du PIB espagnol en 2016, est au coude-à-coude avec Madrid (18,9%). Toutes deux se disputent le titre de la région la plus riche du pays.

EnregistrerEnregistrer

Publié le dimanche 1 octobre 2017 à 22:31, modifications mercredi 11 octobre 2017 à 9:56

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !