Monde

Catalogne : En marche vers une proclamation d’indépendance ?

Alors que le gouvernement de Mariano Rajoy reste fermé à toute médiation, le président indépendantiste catalan, Carles Puigdemont, a annoncé que la proclamation d’indépendance de la Catalogne pourrait survenir « à la fin de la semaine ».

STORY - Episode 12/30

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

La tension est encore montée d’un cran en Catalogne. Après la large victoire du “oui”, lors du référendum interdit, les indépendantistes affichent plus que jamais leur détermination.

Vers une déclaration d’indépendance

Ainsi, dans une interview à la BBC diffusée mercredi 4 octobre, le président indépendantiste de la Catalogne, Carles Puigdemont, a assuré qu’il s’apprêtait à déclarer l’indépendance probablement « à la fin de la semaine ».

En effet, le journaliste et homme politique espagnol a annoncé qu’une réaction d’opposition de la part du gouvernement central constituerait « une nouvelle faute » qui s’ajouterait à « une longue liste d’erreurs ».

Ensuite, au cours de son allocution, Carles Puigdemont a reproché au roi d’Espagne d’avoir « délibérément ignoré » des millions de Catalans indépendantistes dans son discours solennel prononcé mardi soir.

Le roi adopte le discours et les politiques du gouvernement de Rajoy qui ont été catastrophiques pour la Catalogne. Il ignore délibérément des millions de Catalans qui ne pensent comme eux.

De son côté, le gouvernement espagnol demeure inflexible et rejette toute médiation dans cette crise tant que l’exécutif catalan continue ses menaces de sécession.

Ainsi, Mariano Rajoy a prévenu Carles Puigdemont qu’il « n’acceptera aucun chantage ».

Retirez la menace de la rupture.

Lui a-t-il intimé.

Le chef du gouvernement met en avant que la Constitution interdit une indépendance. Il a également estimé que c’est l’ensemble des Espagnols qui devait se prononcer sur l’avenir de la Catalogne et de leur pays.

Dans l’hypothèse où l’indépendance serait enclenchée, les différents partis et le gouvernement espagnol auraient six mois pour s’entendre sur les clauses du divorce. Au terme de cette période, les Catalans seraient une nouvelle fois appelés aux urnes pour élire l’exécutif régional.

Celui-ci serait en charge de la rédaction d’un projet de Constitution. Ensuite, ce texte, soumis à la population par référendum, aurait pour finalité de mettre en application l’autonomie de la Catalogne.

Dès lors, ses habitants ne seraient plus soumis à la Constitution espagnole.

Un interminable bras de fer

Cependant, il y a peu de chance que l’Etat espagnol laisse la Catalogne proclamer son indépendance. Pour l’heure, Mariano Rajoy semble chercher à se donner du temps.

En effet, il n’entend pas convoquer le Congrès des députés pour aborder la question avant le 10 octobre ! D’ici là, l’article 155 pourrait semer le trouble et rajouter des points de crispation.

Ce texte, jamais utilisé depuis l’approbation de la constitution espagnole, en 1978, permettrait au gouvernement central de suspendre l’autonomie de la région. Il pourrait notamment prendre le contrôle de sa police, les Mossos d’Esquadra.

Ainsi, ce dialogue de sourds, entretenus depuis plusieurs années entre les gouvernements central et catalan, a plongé l’Espagne dans sa plus grave crise politique depuis une tentative de coup d’État en février 1981.

Selon El Pais, cela pourrait se solder par l’organisation d’élections anticipées, en Espagne et/ou en Catalogne.

 

Publié le jeudi 5 octobre 2017 à 10:46, modifications mercredi 11 octobre 2017 à 9:55

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !