Monde

Catalogne : Felipe VI, le roi d’Espagne, a dénoncé « la conduite irresponsable » des dirigeants catalans

A l’occasion d’une allocution officielle, le roi d’Espagne Felipe VI a accusé les dirigeants indépendantistes de la Catalogne de s’être mis « en marge du droit et de la démocratie ».

STORY - Episode 13/30

Cet article fait partie d'une "story" (une story est un ensemble d'articles relatifs à un sujet précis suivi par nos journalistes)

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Ce mardi 3 octobre, le roi d’Espagne, Felipe VI, s’est exprimé lors d’une allocution solennelle sur la situation en Catalogne. Celle-ci menace de proclamer son indépendance après un référendum mouvementé dimanche 1er octobre.

La stabilité du pays en question

Ainsi, lors d’une rare allocution télévisée, Felipe VI a accusé les dirigeants indépendantistes de la Catalogne de s’être mis en marge du droit et de la démocratie. Il leur a notamment reproché d’avoir maintenu le référendum d’autodétermination malgré l’opposition de Madrid. Pour cela, le souverain a estimé qu’il y a avait une menace sur la stabilité de l’Espagne.

Ces autorités, d’une manière claire et catégorique, se sont situées totalement en marge du droit et de la démocratie. Avec leur attitude irresponsable, ils peuvent même mettre en danger la stabilité de la Catalogne et de toute l’Espagne.

A déclaré Felipe VI, deux jours après la tenue du référendum dont la finalité est selon lui « de proclamer illégalement l’indépendance ». Il ajoute :

Aujourd’hui, la société catalane est fracturée et traversée par un conflit.

La garantie d’un Etat de droit

Pourtant, le 13 septembre, une quinzaine de jours avant le référendum, le roi d’Espagne, s’était contenté de dire qu’il était convaincu que :

La Constitution prévaudrait sur toute rupture de la coexistence en démocratie.

Or, ce mardi soir, lors de son allocution enregistrée de cinq minutes, le souverain a adopté un ton nettement plus offensif. En effet, l’Espagne vit actuellement sa crise politique la plus grave depuis février 1981. A l’époque, l’intervention télévisée du roi Juan Carlos, père de Felipe VI, avait été décisive. Elle avait permis de stopper une tentative de coup d’État militaire en cours dans le pays.

Par ailleurs, Felipe VI a voulu présenter le royaume d’Espagne comme un bouclier protégeant les Catalans qui n’ont pas choisi la voie de l’indépendantisme :

Je sais qu’en Catalogne il y a aussi beaucoup d’inquiétude et de préoccupation vis-à-vis de autorités régionales. Ces Catalans ont notre soutien et la garantie absolue de notre Etat de droit.

Ce discours intervient quelques heures après des manifestations de masses en Catalogne. Les principaux syndicats avaient appelé à la grève générale. Des centaines de milliers de personnes s’étaient mobilisées lors de manifestations d’étudiants, de pompiers ou de simples citoyens indignés par la violence dont ont fait usage la police nationale et la Garde civile contre les manifestants dimanche.

Selon la police locale, près de 700.000 personnes ont manifesté dans plusieurs défilés dans Barcelone.

Publié le mercredi 4 octobre 2017 à 11:41, modifications mercredi 11 octobre 2017 à 9:56

Naviger dans la "Story"

<< Episode précédentEpisode suivant >>

Vous aimerez aussi

Participer:

Proposer une correction Ecrire un article sur le sujet

Suivez-nous:

Discuttez !